PTZ dans l'ancien : un courtier veut aller plus loin

13/01/2015 à 11:32 - Crédit immobilier - Par - Réagir

PTZ dans l'ancien : un courtier veut aller plus loin
PTZ dans l'ancien : un courtier veut aller plus loin

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Depuis le 1er janvier, certains candidats à l'achat peuvent profiter du retour du PTZ pour l'acquisition d'un bien immobilier ancien. Une mesure qu'un courtier juge toutefois insuffisante.

Un PTZ 2015 trop limité ?

Si le retour de l'ancien au sein du dispositif du prêt à taux zéro est effectif depuis ce 1er janvier 2015, il aura toutefois fallu attendre quelques jours supplémentaires (le 5 janvier) pour connaître dans le détail le nom des différentes communes concernées. Baptisé « PTZ revitalisation rurale », ce retour de l'ancien s'inscrit dans le cadre d'un plan de relance du logement imaginé par le gouvernement et doit notamment permettre de redynamiser certaines zones rurales et centres-bourgs jusqu'ici délaissés. Or, l'on sait désormais que seules 5920 communes profiteront de cette disposition. Pour le courtier Cafpi, limiter ainsi le dispositif s'apparente à un manquement coupable.

S'il ne peut que saluer le retour de l'ancien au sein du prêt à taux zéro, le courtier regrette donc que cette refonte du dispositif n'aille pas plus loin et ne prenne « pas en compte les grandes villes, où les besoins sont pourtant les plus flagrants ». Philippe Taboret, son directeur général adjoint, estime en effet qu' « il faut aider l'accession des jeunes qui démarrent dans la vie, professionnelle ou familiale, et qui n'ont pas les moyens d'habiter dans les villes, où se trouve le travail. Et non pas les reléguer en campagne lointaine à coups d'avantages fiscaux... »

PTZ : étendre le retour de l'ancien à l'ensemble du territoire

Plaidant pour un maintien des conditions de travaux, le courtier en appelle au gouvernement pour que soit donc étendu à l'ensemble du territoire cette réintégration du PTZ dans l'ancien. « En attendant la relance de l'immobilier neuf, une telle mesure permettrait de remettre sur le marché en zone tendue des logements aujourd'hui disponibles et inutilisés, car dégradés », précise-t-il. Une proposition que Cafpi défend depuis de longs mois déjà. En septembre 2014, le courtier alertait ainsi le gouvernement sur l'application d'un PTZ dans l'ancien bien trop limité, estimant que, même si « certaines dispositions viendront sans doute soutenir la construction, collective ou individuelle, dans les villes moyennes et petites (zones B et C) », celles-ci « n'auront pas grand effet dans les secteurs tendus, là où les besoins sont pourtant les plus criants ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page