Rapport Gallois : quel sort pour l'immobilier ?

06/11/2012 à 10:12 - Immobilier - Par - Réagir

Rapport Gallois : quel sort pour l'immobilier ?
Rapport Gallois : quel sort pour l'immobilier ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Destiné à relancer la compétitivité de la France, le rapport Gallois a été présenté au gouvernement ce lundi 5 novembre. Présenté comme le plan qui épargnera au pays une aggravation de la crise, ce rapport doit avant tout permettre de compenser un futur allègement des charges patronales et salariales. Un objectif chiffré à 30 milliards d'euros qui passera notamment par un renforcement de la fiscalité immobilière.

Sans véritablement entrer dans les détails, le rapport Gallois présente la fiscalité immobilière comme l'une « des voies possibles » sur lesquelles le gouvernement devra s'aventurer s'il entend trouver les fonds nécessaires pour combler le trou laisser par une probable baisse des charges patronales. Assortie d'un « réexamen de certaines niches » (nouvelle loi de défiscalisation Duflot ? Loi Girardin ? Loi Malraux?), cette hausse de la fiscalité immobilière n'a certes pas encore été définie mais pourrait par exemple se traduire par une réévaluation de la taxation sur les plus-values immobilières ou de la taxe foncière.

Laissant peu d'espoir aux investisseurs immobiliers, le rapport remis lundi par le Commissaire général à l'investissement, Louis Gallois, prône également une redistribution des cartes en ce qui concerne la fiscalité de l'épargne. Considérant l'immobilier comme l'un des « placements les plus confortables […] dont la fiscalité pourrait être relevée », le rapport entend favoriser les investissements plus risqués grâce notamment au « développement de l'actionnariat dans les PME et les ETI (entreprises de taille intermédiaire) ».

Si l'on en sait encore trop peu pour véritablement dresser le portrait de ce que pourrait être la fiscalité immobilière version Gallois, nul doute que de telles mesures susciteront de vives réactions de la part de professionnels actuellement confrontés à un net repli des transactions immobilières.

Vos réactions

Immobilier - Rapport Gallois : quel sort pour l'immobilier ?

Noter cet article :

3 9

Par Lemercier -

Depuis quelques années le fiscalité immobilière est devenue
coercitive : inflation déraisonnable des taxes foncières, suppression des abattements sur les revenus fonciers, prélèvements sociaux sur les revenus fonciers (en sus de l'impôt sur le revenu ) arrivés à 13,5 %.
Renforcement outrancier de la réglementation sous prétexte d'écologie et et de sécurité (audits tous azimuts, scandale des remises aux normes imposés pour les ascenseurs.. Propriétaires abandonnés par les tribunaux en cas d’impayés de loyer. En bref le climat est devenu particulièrement délétère pour les bailleurs privés.
Pour ma part je viens d'abandonner un projet investissement immobilier locatif en ayant assez d'être plumé !
Bien sûr, ma situation est sans doute plus enviable que celles d'autres français. Il n'en demeure pas moins que je suis dégouté par l'empilement des mesures négatives prises ces dernières années (UMP et PS confondus)et que je renonce désormais à m'impliquer.
Ce pays ne sait produire que des contraintes, des taxes et des fonctionnaires (56 % du PIB dévorés par l'Etat et les collectivités locales..)

Lire la suite

Par lolo -

c'est ce qui s'appelle écrire un article sans rien de concret... très utile de brasser du vent !

Lire la suite

Par bern31b -

Il est facile de "taper" sur l'immobilier lorsque l'on veut privilégier un rapport sur l'Entreprise (et inversement). Pourtant il apparait clairement que ces deux secteurs doivent bénéficier des mêmes atouts au niveau de l'Epargne:
-l'Entreprise doit drainer de l'Epargne pour la soutenir; il faut donc favoriser l'investissement en actions ou autre produit assimilé et donc, aménager la fiscalité de manière plus favorable
-L'immobilier doit drainer également l'Epargne pour mettre à disposition plus de logements qui manquent cruellement et qui vont manquer de plus en plus. Dire que par exemple que la loi Scellier est une niche fiscale à faire disparaitre ou bien réduire, n'est qu'un leurre car qui d'autres que les Epargnants peuvent venir enrichir ce secteur?
On peut retourner les problèmes dans tous les sens, mais l'histoire nous rattrappera, car à vouloir tout taxer, il y aura moins d'Epargne et moins de logements construits. Donc des Entreprises qui disparaitront, des chômeurs en plus, tout en considérant qu'il y aura de moins en moins de logements pour se loger... Tous ces rapports ne sont que de la littérature pour faire passer des messages et préparer les lendemains qui déchantent!

Lire la suite

Par PAGAILLE -

Et les oeuvres d'art sont toujours mises à l'abri par nos chers politiques... Cherchez l'erreur.....

Lire la suite

Par jojo -

Je suis aussi dégoutée que vous. Nous n'avons plus aucune liberté en France, il nous faut accepter d'avoir notre logement saccagé, les locataires ne paient pas et nous narguent, quand ils ne vous font pas des bras d'honneur, bientôt ils auront l'eau et l'electricité gratuit, les salaires moyens n'en peuvent plus. Au secours, y at-il encore un capitaine qui dirige le navire.

Lire la suite

Par Furax -

Que les conseillers et gouvernement continuent. On va droit dans le mur!

Lire la suite

Par AXARTA -

En Picardie la taxe foncièree correspond à trois mois de revenu locatif brut.Les loyers baissent car la population diminue.On est content quand on trouve un locataire solvable.Une catastrophe ignorée superbement par nos responsables politiques.

Lire la suite

Par danyda -

on a fait confiance en ce gouvernement et il tape n'importe ou sans une vrai politique de continuité, il va détruire les valeurs sures nos épargnes , notre retraite,une descente dans la rue pour empêcher cela est recommandée quand nos députés ne nous entendent pas!

Lire la suite

Par CM -

Je suis bailleur et effectivement je commence à être lassée des taxations diverses et des risques d'impayés. Je vais vendre mes biens immobiliers en France et essayer d'investir à l'étranger. Je pense qu'il faudrait un fonds de garantie pour les bailleurs qui accepteraient des loyers modérés contre une sécurité locative (pertes de loyers et dégradations assurés sans franchise par ce fonds). CM

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Rapport Gallois : quel sort pour l'immobilier ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page