Réforme des aides au logement : les professionnels s'indignent

27/10/2014 à 14:35 - Immobilier - Par - Réagir

Réforme des aides au logement : les professionnels s'indignent
Réforme des aides au logement : les professionnels s'indignent

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans le cadre du projet de loi de Finances 2015, le législateur s'apprête à porter un sérieux coup aux aides au logement. L'article 52 du texte prévoit en effet de réduire considérablement le champ d'action de L'APL Accession. Une disposition qui pourrait bien mettre à mal une reprise du marché immobilier et suscite une vive indignation de la part des professionnels du secteur.

Les aides au logement rognées par le Budget 2015

Les aides au logement servent-elles encore à quelque chose ? Si certains économistes n'hésitent pas à mettre en cause l'intérêt même des APL, le gouvernement semble pour sa part avoir une opinion bien arrêtée sur la question. Dans le cadre du PLF 2015 (Projet de loi de Finances), celui-ci envisage en effet de revoir en profondeur le rôle joué actuellement par l'APL Accession. Concrètement, si les ménages modestes souscrivant un crédit conventionné, un prêt accession sociale ou encore un prêt épargne logement pouvaient jusqu'à présent bénéficier de cette aide au logement, ce ne sera peut-être bientôt plus le cas. Réservée pour l'heure aux emprunteurs affichant un niveau de revenu n'excédant pas 2,5 SMIC, l'APL Accession (distribuée lors de la souscription du prêt) pourrait ainsi être modifiée pour n'être finalement proposée qu'aux seuls ménages dont les ressources chuteraient d'au moins 30% en cours de prêt.

Aides au logement : la levée de boucliers des professionnels

Avec en point de mire une économie réalisable de quelques 19 millions d'euros dès 2015, le législateur estime que « l'évolution ainsi proposée contribue au financement de l'extension du PTZ qui est renforcé pour favoriser l'accession dans les logements neufs ». Un avis que ne partagent pas les professionnels de l'immobilier qui font aujourd'hui part de leurs vives inquiétudes. « On nous donne d'une main pour nous reprendre de l'autre » lance ainsi Roger Bélier, président du Syndicat National des Aménageurs Lotisseurs (Snal), en dénonçant l'effet désolvabilisateur que cette disposition pourrait avoir sur les ménages les plus modestes. Face à une telle perspective, la Fédération Française des constructeurs de maisons individuelles (FFC) évalue pour sa part à 23 100 le nombre de logements neufs qui pourraient ne plus être financés.

Au sein de cette fronde des professionnels, les courtiers ne sont pas en reste. « D'un côté le gouvernement élargit le prêt à taux zéro dans le neuf et le réhabilite dans l'ancien en zone rural, et de l'autre il supprime les APL qui ont un véritable impact sur l'endettement des ménages et donc sur leur capacité à devenir propriétaire. C'est donner d'un côté pour reprendre de l'autre », a ainsi récemment déclaré Jérôme Robin, président du courtier Vousfinancer, qui met ici en lumière le risque d'un nouvel enrayement du marché.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page