Réforme des APL : les étudiants menacés ?

04/11/2015 à 14:44 - Immobilier - Par - Réagir

Réforme des APL : les étudiants menacés ?
Réforme des APL : les étudiants menacés ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les étudiants doivent-ils craindre la future réforme des aides au logement ? Si le gouvernement s'en défend, les associations craignent que les étudiants deviennent dans un avenir proche les dindons de la farce.

Réformer les APL : une nécessité budgétaire ?

Il y a quelques semaines, le gouvernement a présenté une série de mesures visant à réduire le poids des aides au logement sur les caisses de l'Etat et plus particulièrement celui des APL. L'économie de quelques 225 millions d'euros ainsi réalisée doit notamment permettre de financer de nouvelles aides à la pierre et l'hébergement des milliers de réfugiés que le gouvernement s'est engagé à accueillir. Si l'Executif assurait alors n'avoir aucune intention de toucher aux allocations dont bénéficient les étudiants, la certitude a aujourd'hui fait place au doute.

Les étudiants verront-ils leurs APL disparaître ?

Jeudi 29 octobre, la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale a en effet adopté deux amendements portant un sérieux coup aux APL étudiantes. Dans un souci de « justice sociale » et afin de réserver les allocations aux jeunes qui en ont véritablement besoin, les députés socialistes ont proposé de prendre en considération les « ressources des parents et de l'éloignement géographique entre le lieu d'études et le domicile des parents ». Concernant les moins de 28 ans et qui ne sont pas « en situation de rupture familiale », cette modification du mode de calcul des APL permettrait certes à l'Etat de réaliser de substantielles économies mais priverait dans le même temps bon nombre d'étudiants d'une source cruciale de revenus.

« Mettre les APL étudiantes sous condition de ressources, comme le système de bourses du Crous, c'est priver jusqu'à 500 000 jeunes d'une aide de 100 à 200 euros par mois, indispensable pour payer leur loyer. Cela signifie que des jeunes devront retourner vivre chez leurs parents et parfois renoncer à leurs études », s'est emporté l'Unef, l'un des deux principaux syndicats étudiant.

Le gouvernement fait machine arrière

Mais le gouvernement est-il prêt à faire face à une grogne des étudiants alors que se dessinent les élections régionales de 2016 ? Il semblerait bien que non. Défendant depuis le début cette refonte des APL étudiantes, les députés socialistes ne bénéficient plus aujourd'hui du soutien du gouvernement. Dans le cadre d'un vote à l'Assemblée nationale prévu ce mercredi 4 novembre, celui-ci a en effet annoncé son intention de s'opposer aux amendements validés en commission. Entre économies budgétaires et stratégie électorale, le gouvernement a donc apparemment d'ores et déjà fait son choix. Reste à savoir si cette réforme des aides au logement ne reviendra pas sur le tapis une fois l'échéance des régionales passée.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page