L'écologie s'invite au salon de l'immobilier

14/03/2008 à 00:00 - Immobilier - Par - Réagir

Salon de l'immobilier et écologie
L'écologie s'invite au salon de l'immobilier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le 19ème Marché International des Professionnels de l'Immobilier sous le signe du développement durable.

Le MIPIM (Le marché international des professionnels de l'immobilier) est le rendez-vous incontournable des professionnels de l'immobilier. D'importance mondiale, il a réuni en 2007 quelques 26 210 décideurs, 2 523 entreprises, 6 687 usagers et investisseurs, venus des quatre coins de la planète (83 nationalités s'y sont alors côtoyées). Tenu du 11 au 14 mars 2008 au Palais des Festivals de Cannes, le 19ème Marché International des Professionnels de l'Immobilier a fait la part belle au développement durable. Sur la lancée du Grenelle de l'Environnement, le salon a consacré toute la journée du jeudi 13 mars à aborder le thème de l'écologie au sein de l'immobilier.

La quasi totalité des exposants y présentaient leurs innovations en matière d'environnement à grands renforts de maquettes et autres DVD, ingénieurs et architectes rivalisant d'énergie afin de promouvoir leurs études concernant l'utilisation des énergies renouvelables au sein de la restructuration de l'immobilier.

Mais en dehors des nouvelles normes apparaissant un peu partout et destinées à lier le respect de l'environnement à l'immobilier, la hausse croissante des prix de l'énergie impose aux professionnels du bâtiment une refonte globale de leur manière de travailler. C'est ce qu'explique Marianne de Battisti, membre du comité exécutif d'Icade, à l'AFP : [l'augmentation des prix de l'énergie] « a obligé tous les professionnels à se soucier de faire baisser les charges d'entretien des bâtiments ». Daniel Valoatto, travaillant pour Nexity, précise même qu' « il n'est plus imaginable de livrer un immeuble qui ne serait pas labellisé Haute Qualité Environnementale (HQE) » tout en mettant en garde sur les coûts que pourraient engendrer une telle évolution de l'immobilier : « Attention aux excès, [certains nouveaux matériaux (comme les panneaux solaires] coûtent très cher à fabriquer et à recycler [...] Il faut rester vigilants, nous sommes au début d'une ère nouvelle [...] Les surcoûts doivent rester dans les limites du supportable ».

S'ils s'accordent à dire que le respect de l'environnement au sein de l'immobilier est plutôt une bonne chose, nombreux sont les professionnels à ne pas croire à la rentabilité de cette ligne directrice, comme Peter Verwer, responsable du Property Council of Australia : « On nous dit que les dépenses supplémentaires seront amorties en cinq ans grâce aux économies réalisées, mais c'est faux ». Il n'en reste pas moins que, poussés par une opinion internationale de plus en plus sensibilisée, les professionnels de l'immobilier n'ont d'autres alternatives que de progresser rapidement dans le domaine de l'économie d'énergie. Sur ce point, le Dr Pachauri Rajendra, co-prix Nobel de la Paix 2007, déclarait il y a peu à Paris : « le développement durable sera pris en compte sous la pression du public ».

Vos réactions

Immobilier - L'écologie s'invite au salon de l'immobilier

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - L'écologie s'invite au salon de l'immobilier

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page