Taux de crédit : la barre des 3% en ligne de mire

08/10/2013 à 11:24 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Taux de crédit : la barre des 3% en ligne de mire
Taux de crédit : la barre des 3% en ligne de mire

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ce n'est désormais plus une nouvelle pour personne, depuis le mois de juillet dernier les taux de crédit immobilier se sont détournés de la baisse pour entamer leur progressive remontée. Si l'ensemble des spécialistes (courtiers en tête) ont déjà amplement communiqué sur ce mouvement haussier des taux, l'Observatoire Crédit Logement CSA note quant à lui que la barre symbolique des 3% est désormais atteinte.

Après près d'un an et demi de baisse ininterrompue, trois petits mois auront donc été suffisants pour que les taux de prêt immobilier remontent progressivement aux alentours du seuil psychologique des 3%. C'est en tout cas ce que constate l'Observatoire Crédit Logement dans sa dernière note de conjoncture portant sur le mois de septembre 2013. “Depuis juillet, les taux remontent doucement et ont ainsi repris 11 points de base en trois mois”, souligne ainsi l'Observatoire, précisant toutefois que cette fameuse barre des 3% est certes désormais bien une réalité sans pour autant avoir été franchie.

N'épargnant aucun secteur de l'immobilier, la hausse des taux semble néanmoins avoir impacté plus sévèrement le marché de l'ancien. S'il faut en croire l'Observatoire, le taux moyen pratiqué pour l'achat d'un logement ancien s'est établi en septembre à 3% (+0,10% par rapport au mois de juin) alors que les emprunteurs désireux de faire l'acquisition d'un bien immobilier neuf ont pu profiter d'un taux moyen de 2,95% (+0,04%)

Paradoxalement, cette remontée des taux ne semble pas avoir affecté la production de crédits qui affiche une “progression de 15.9% en rythme annuel en septembre”, preuve s'il en est que les candidats à l'achat entendent bien profiter de ces taux toujours relativement attractifs tant qu'ils le peuvent encore. Une opportunité qui n'est toutefois pas donnée à tout le monde puisque, comme le souligne l'étude, si les conditions d'emprunt se révèlent encore bonnes, “les ménages les plus jeunes et les plus modestes ne peuvent plus rentrer sur les marchés en l'absence du ticket d'entrée que le PTZ + représentait pour eux auparavant”.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page