Taux de crédit : les emprunteurs n'hésitent plus à négocier

10/03/2015 à 16:20 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Taux de crédit : les emprunteurs n'hésitent plus à négocier
Taux de crédit : les emprunteurs n'hésitent plus à négocier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Alors que les taux de crédit immobilier n'en finissent plus de baisser, les banques doivent désormais redoubler d'efforts pour attirer les candidats à l'achat.

Crédit : les taux bas ont la vie dure

Si l'on s'interrogeait en début d'année sur la probabilité d'une remontée des taux sur l'exercice 2015, la question qui domine aujourd'hui est surtout de savoir jusqu'où les taux pourront descendre. Les uns après les autres, courtiers et observateurs avisés du marché témoignent d'un mouvement baissier qui ne semble pas décidé à passer la main. Dans une récente analyse, Pascal Beuvelet note ainsi que « les taux restent au plancher ce mois-ci ». Concrètement, le président fondateur d'InandFi Crédits constate que le taux moyen s'est sensiblement replié entre février et mars pour s'établir à 1,91% (taux moyen toutes durées confondues). Dans le détail, si les prêts sur 15 et 25 ans voient leur taux respectif se stabiliser, ce n'est pas le cas de la durée d'emprunt préférée des consommateurs (20 ans) dont le taux est passé en un mois de 2,15 à 1,90%.

La concurrence entre les banques fait rage

Déjà extrêmement attractifs, pourquoi les taux continuent-ils de se replier ? Un élément de réponse est apporté par Alban Lacondemine, président du courtier Emprunt Direct, qui note que « les établissements préparent activement le premier temps fort de l'année immobilière, qui débute ce mois ». En d'autres termes, les banques entendent s'attirer une clientèle toujours plus large en adoptant une posture particulièrement agressive en matière de taux.

Une question se pose toutefois : à trop vouloir briller, les établissements ne risquent-ils pas de se brûler les ailes, mettant ainsi à mal leur équilibre financier ? Un doute qui, de l'avis de Pascal Beuvelet, n'a pas lieu d'être. « La concurrence interbancaire se maintient à son plus haut niveau car quasiment tous les objectifs de production pour 2015 sont à plus de 15% », précise-t-il.

Obtenir un rabais sur les taux devient monnaie courante

Bénéficiaires directs de ce jeu de la concurrence, les candidats à l'emprunt immobilier doivent désormais s'habituer à négocier avec leur banquier, les rabais ayant tendance à se multiplier. « Alors qu'il y a seulement 2 mois, seuls les meilleurs dossiers sur 15 ans passaient sous la barre des 2%, c'est aujourd'hui fréquent sur 15 ans mais également pour des dossiers sur 20 ans », soulignait à ce sujet Meilleurtaux.

En définitive, les courtiers semblent unanimes, les emprunteurs ne doivent pas hésiter à négocier. Pour Cécile Roquelaure, porte-parole d'Empruntis, « chaque dossier a ses atouts, il faut absolument les valoriser dans le cadre de la négociation, car au-delà du taux, les marges de man½uvre sont importantes. Si on sait les négocier… ». Or, à l'approche du premier temps fort de l'immobilier, il semblerait que les établissements soient particulièrement prompts à distribuer les ristournes. Des rabais qui, si l'on en croit le courtier, s'afficheraient aujourd'hui dans plus de 9 dossiers sur 10.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page