Taxe sur les résidences secondaires : Paris dit oui

11/02/2015 à 15:53 - Immobilier - Par - Réagir

Taxe sur les résidences secondaires : Paris dit oui
Taxe sur les résidences secondaires : Paris dit oui

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ce mardi 10 février, le conseil de Paris a validé la taxation de certaines résidences secondaires. Une mesure qui pourrait permettre de combler le déficit de logements dont souffre la capitale.

Paris taxera bien ses résidences secondaires

Face à un manque de logements disponibles des plus conséquents, Paris continue de multiplier les mesures et d'explorer toutes les voies possibles. Dans cette optique, la capitale est ainsi la première ville de France à adopter une disposition fiscale controversée : la surtaxe des résidences secondaires. Hier, le Conseil de Paris a en effet donné son aval à l'application d'une majoration de 20% de la taxe d'habitation de certaines résidences secondaires. Si les 92 000 résidences secondaires que compte la capitale ne seront pas toutes concernées, celles laissées inoccupées la plus grande partie de l'année ne devrait donc pas échapper à un alourdissement de leur fiscalité.

Logement vacant : l'ennemi à abattre

A travers cette adoption, la ville de Paris entend bien faire la chasse aux logements vacants avec la plus grande fermeté. Preuve en est le taux de 20% validé par le Conseil puisque, selon le texte entériné fin 2014 par les parlementaires, il revient aux communes de décider de la majoration qu'elles appliqueront à cette taxe (entre 0 et 20%). Si l'opposition (UMP et Centre) se montre particulièrement critique envers une mesure qualifiée d'« inefficace et inutile », d'autres auraient souhaité aller plus loin. C'est notamment l'avis de Nicolas Bonnet, président du groupe PCF, qui n'a pas hésité à considérer cette surtaxe de 20% comme bien trop faible pour inciter les propriétaires à remettre leur bien sur le marché.

Paris compte bien trouver plus de logements disponibles

Si cette taxation des résidences secondaires devrait encore alimenter bon nombre de débats, elle ne représente qu'une étape supplémentaire dans la quête de logements menée par la mairie de Paris. Parmi les dispositions précédemment adoptées en ce sens, on peut notamment citer une extension du droit de préemption de la ville à l'ensemble des biens immobiliers mis en vente (entérinée le 17 décembre) ou encore le passage à 30% de la part des logements sociaux dans les projets immobiliers de plus de 800 m² (mesure adoptée le 9 février dernier).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page