Un ultime sursaut pour la baisse des taux de crédit immobilier ?

02/07/2013 à 15:49 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Un ultime sursaut pour la baisse des taux de crédit ?
Un ultime sursaut pour la baisse des taux de crédit immobilier ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

La baisse des taux de crédit immobilier aurait-elle fait un ultime geste en faveur des candidats à l'emprunt ? Selon l'Observatoire crédit logement / CSA, alors que la perspective de leur remontée se fait de plus en plus pressante, les taux se seraient en effet une nouvelle fois orientés à la baisse en ce mois de juin 2013.

Voilà maintenant plus d'un an et demi que la tendance baissière affichée par les taux de prêt immobilier profite aux acheteurs potentiels. Un an et demi au cours duquel le taux moyen aurait ainsi cédé plus de 100 points de base, passant de 3,95% en février 2012 (date à laquelle le repli a débuté) à 2,89% en juin dernier. Si l'Observatoire crédit logement ponctue le repli mensuel de 0,08% enregistré en soulignant que « jamais les taux de crédit n'avaient été aussi bas », la baisse des taux pourrait toutefois avoir joué ici son dernier acte. L'Observatoire ne fait certes aucune référence à un éventuel retour de la hausse mais d'autres s'en sont chargés avant lui.

Concernant l'éventualité d'une imminente remontée des taux de prêt, le courtier en ligne Empruntis précisait ainsi en fin de semaine dernière qu'il est légitime de se poser une telle question tant « les indicateurs macro » qu'il reçoit « ont changé d'orientation entre fin mai et fin juin » (l'OAT ayant par exemple nettement progressé). Illustrant ces propos, la porte-parole du courtier, Maël Bernier, ajoutait par ailleurs que « les premiers barèmes reçus fin juin font état d'une hausse de 0,10% en moyenne ».

Loin de ces spéculations, l'Observatoire se félicite quant à lui que 98,6% des emprunts octroyés par les banques le soient à un taux se situant en-deçà des 4% (contre 79,1% en juin 2012). Dans le détail, « tous les marchés bénéficient de cette situation exceptionnelle », qu'il s'agisse du neuf dont le taux moyen des prêts est passé de 3,93% en février 2012 à 2,91% en ce mois de juin, du marché de l'ancien (2,90% actuellement contre 3,97% il y a un an et demi) ou encore de celui des travaux (2,86% contre 3,93%).

Seule ombre au tableau, « l'amélioration des conditions de crédit n'est guère suffisante pour permettre un rétablissement rapide de l'indicateur de solvabilité de la demande ». En clair, l'étude note ici que les ménages modestes et les jeunes sont toujours dans l'incapacité d'entrer sur le marché, souffrant encore du remaniement opéré en 2013 sur le PTZ Plus (PTZ+).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page