La France en proie à une bulle immobilière sans précédent

14/02/2012 à 11:03 - Immobilier - Par - Réagir

Une bulle immobilière sans précédent en France
La France en proie à une bulle immobilière sans précédent

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les prix de l'immobilier actuels sont-ils vraiment si élevés ? Existe-t-il un réel fossé entre la valeur de nos logements et notre pouvoir d'achat ? Si l'on en croit PrimeView, la réponse est indéniablement oui. Dans son dernier éditorial, le cabinet de recherche économique estime que la France est désormais en proie à une « bulle immobilière » sans précédent.

Alimentant bon nombre de débats au sein des professionnels du secteur, l'éventuelle existence d'une « bulle immobilière » n'est désormais plus un sujet tabou. En début de semaine, le cabinet PrimeView lui a ainsi consacré son dernier éditorial, renversant les dernières barrières en évoquant la réalité d'une « bulle gigantesque ». Sur les 13 dernières années, le prix de l'immobilier français a enregistré une envolée spectaculaire de l'ordre de +161% que le cabinet peine encore à expliquer.

Souvent présentés comme des facteurs déterminants dans l'établissement des prix de l'immobilier, l'inflation des biens et services et la progression du revenu des ménages ne suffisent pas à justifier une telle flambée. Celle-ci n'en est pas moins bien réelle. Selon PrimeView, en affichant une évolution annuelle moyenne de +7,3%, les prix de l'immobilier ont littéralement été multipliés par 26 depuis 1965.

Et pourtant, de 1965 à 1998, la progression des prix des logements et celle du revenu des ménages présentaient une évolution relativement similaire. Rien d'inquiétant donc pour les candidats à l'achat et ce, même lors de la bulle immobilière des années 80 qui n'a alors affecté que le seul marché parisien. Ce n'est finalement qu'à partir de 1998 que le fossé entre prix de l'immobilier et pouvoir d'achat semble s'être creusé.

A partir de ce moment et jusqu'en 2008, la hausse annuelle des prix s'est en effet nettement accrue (passant de +7,3% de moyenne à +9,4%), laissant alors apparaître une véritable désynchronisation entre les prix du marché et le revenu des ménages. Pour PrimeView, c'est bel et bien ce décalage qui semble être à l'origine de la bulle à laquelle nous sommes actuellement confrontés, une « bulle gigantesque, d'autant plus dangereuse qu'elle est étendue à l'ensemble du territoire, rend le secteur particulièrement fragile à toute évolution financière ou réglementaire défavorable ».

Vos réactions

Immobilier - La France en proie à une bulle immobilière sans précédent

Noter cet article :

Par cs3000 -

Je pense que le prix de l'immobilier seul n'est pas suffisant pour évoquer "une véritable désynchronisation entre les prix du marché et le revenu des ménages."

En effet la baisse des taux d'intérêt observée depuis 1998 a également influencé en grande partie l'évolution à la hausse du prix des logements.

Pour être objectif il conviendrait donc de prendre en compte ce paramètre pour mesurer l'évolution réelle du coût de l'immobilier.

Pour être concret je préfère acheter un appartement 200 000¤ avec un taux d'emprunt sur 20 ans à 4% plutôt que d'acheter ce même appartement 170000¤ si le taux d'emprunt est de 7%.

Donc je pense que les prix de l'immobilier pourraient baisser significativement si et si seulement,les taux d'interet venaient à augmenter de plus de 1% et venaient à repasser au dessus de 5%.

Lire la suite

Par Jlouis -

comme quoi la bulle a déjà commencé à éclater, car en charente les prix ont déjà baissé d'environ 20% en deux ans.

Lire la suite

Par 406cpv6 -

Ils oublient de vous dire qu'entre 1995 et 2000, il y a eu une dévaluation des biens immobiliers.
Ceux qui ont acheté en 1992 1993 et vendu juste avant 2000 on été perdants. Époque de l'euphorie boursière.
Âpres 2000 il y a eu un rattrapage.Mais il a continué. Une grande partie de la cause l'incertitude grandissante des placements boursiers.
Investir dans la pierre était plus sur.

Lire la suite

Par Ulysse94 -

Je suis tout à fait d'accord avec " bea " En effet, les loyers
augmentent chaque année bien plus que la hausse du coût de la vie et de toute autre augmentation. L'IRL contrôlé par l'INSEE est très mal calculé et sans correspondance avec le revenu des " petites bourses "

Lire la suite

Par Willy FURTER -

Le 21 ème siècle sera celui de la maison industrielle comme le 20 ème fut celui de l'automobile.
Qui aurait pensé, il y a 100 ans, qu'un ouvrier pourrait rouler dans la même voiture que celle de son patron?
L'industrialisation a fait d'un produit de luxe, un produit de première nécessité, accessible à toutes les bourses.
Il en va de même pour l'habitat.
Une industrie, aussi puissante que celle de l'automobile peut naître du besoin en logements, apportant une solution à deux problèmes récurrents, le chômage et le mal logement.
Je développe un concept de maison à ossature métallique soudée, dont l'industrialisation ferait chuter drastiquement les coûts de production, la rendant accessible à toutes les bourses, avec en prime, la gratuité du chauffage par la récupération des calories solaires.
La technique le permet
Il faut une simple impulsion, venant de cette campagne présidentielle par exemple, pour lui donner le coup d'envoi.
La construction immobilière a besoin d'une cure de rajeunissement.
Les voitures à ossature bois sont dans les musées.
Des unités, d'une trentaine de personnes, sans qualification particulière, peuvent sortir les éléments permettant de construire 1 maison à l'heure, assemblée ensuite sur site par 6 monteurs spécialisés, en 1 journée.
Vous aussi, pouvez apporter une pierre à cet édifice en m'apportant votre concours à la diffusion de cette infos, permettant à la jeune génération de comprendre qu'il n'est plus nécessaire de s'endetter à vie, pour avoir un "chez soi" digne de ce nom.
Des milliers de personnes mieux logées et des milliers d'emplois créés, voilà un challenge à relever
Cordiales salutations

Lire la suite

Par ROGER -

Il n'y a pas de bulle dans la mesure où l'immobilier constitue l'un des rares refuges en cas de grave crise financière suivie par une forte création monétaire et d'une hyperinflation anticipée par les français.

Lire la suite

Par caroline -

Arrêtez de tenter d'influencer les tendances immobilières !
C'est une question d'offres et de demandes, un point c'est tout!
Arrêtez vos "bla-bla" à la "catastrophe" et l'imobilier qui se casse la figure !!! C'est un gros mensonge, juste pour tenter d'augmenter les bénéfices des agences immo et spéculateurs sans scrupules ! Tout a un prix juste et le prix "moyen" de définit rien.
En plus, les taux d'emprunts sont très bas... Eux ne baisseront certainement pas, mais les banquiers aimeraient bien faire baisser les prix d'achats pour augmenter leurs % et marges bénéficiaires...
Ca fait partie de l'intox !

Lire la suite

Par Maki -

Bon, après les ravages du sirop Typhon (de l'époque des voitures à ossature bois !) voilà un nouveau concept de l'immobilier qui compare à un produit de consommation le sérieux de la pierre ... Nous avons connu les "Chalandon" dont le premier étage avait tendance à descendre au rez-de-chaussée sans l'autorisation des propriétaires, les Borloo qui ont fait long feu, voilà maintenant que s'invite au débat sur l'immobilier les constructions métalliques comme si l'expérience des charpentes qui couinent aux changements de température, des cloisons qui portent plus ou moins bien sur des planchers qui vrillent ou les multiples inconvénients des produits préfabriqués n'étaient pas connus de ceux qui veulent investir pendant vingt ans ou plus une part non négligeable de leur revenus.
Gardons nous de parler d'immobilier quand il ne s'agît que de cahutes périssables : la fable des trois petits cochons devrait nous mettre en garde contre le Grand Méchant Loup, n'est-ce pas Willy ? Du vite fait pas cher c'est forcément une bonne affaire. Surtout pour le vendeur.
L'immobilier c'est avant tout un bien aussi solide que les espoirs de ceux qui y place leurs économies. Le prix des terrains à construire influe sans doute trop sur le budget des accédants à la propriété ouvrant ainsi la porte aux constructions éphémères. C'est regrettable mais c'est un fait.

Lire la suite

Par BUFFLON -

C'est une question de décalage entre l'offre (Faible) et la demande (Forte). Le problème est que l'on ne produit pas assez de logements et qu'en conséquence les prix montent. Ce n'est pas plus compliqué que cela.

Lire la suite

Par Ecologic -

Rien de neuf, tout cela est bien connu. Les français le savent bien que les prix de l'immobilier ont fortement grimpé depuis 96.
Alors pourquoi subitement cet article alarmiste qui n'apporte aucun élément nouveau ?
A quels spéculateurs va encore profiter la rumeur ?
Après la spéculation à la baisse sur les états et leur dette, voilà que les financiers charognards s'attaquent à l'immobilier. On continue à nous manipuler dans le seul but de faire d'énormes profits sur l'appauvrissement des ménages.
Comme d'habitude ils vont faire courir la rumeur, les gens affolés vont se mettre à vendre et ils rachèteront au plus bas.
Ne soyez pas naifs,ne jouez pas leur jeu et combattez les spéculateurs par tous les moyens.
A force de trop tirer sur la corde, un jour elle les pendra !

Lire la suite

Par Willy FURTER -

Bonjour Maki,
Il n'y a malheureusement pas beaucoup de personnes modestes capables de s'acheter des maisons en pierre.
Vous émettez des propos peu encourageants sur les maisons à ossature métallique mais je pense que vous n'avez pas peur d'entendre les tôles de votre voiture couiner dans les virages.
La construction métallique sérieuse, faite d'éléments soudés, préparés industriellement et assemblés sur site, n'a rien de comparable avec des cabanes boulonnées.
L'important est d'offrir des habitations solides, dans lesquelles même les moins fortunés pourront vivre à l'abri de l'humidité, de la chaleur et du froid, pourquoi pas gratuitement?
La technique le permet
Il faut casser cette spirale inflationniste, basée sur la loi de l'offre et de la demande, entretenue par la démographie et qui fait le bonheur des banquiers, des assureurs et des marchands de matériaux.
Il faut revoir aussi l'anomalie consistant à obliger les constructeurs de maisons à se doter de 3 assurances pour pouvoir vendre leurs produits.
Aucun autre article, vendu en Europe, n'a besoin de 3 assurances.
De plus, une assurance incendie de protège pas contre l'incendie mais contre ses conséquences matérielles. Au diable les pertes humaines. Il s'ensuit une obligation, pour chaque fournisseur de matériel, de livrer des produits garantissant une résistance au feu, donc soumis à des examens forts coûteux, qui grèvent le prix de ces produits, alors qu'il suffirait d'obliger chaque constructeur à installer, dans chaque pièce de l'habitation, une tête d'extinction, empêchant immédiatement la propagation d'un feu et épargnant ainsi les vies humaines.
Je ne veux pas refaire le monde mais ouvrir les yeux de ceux qui, comme moi, ont été pris dans la tourmente de la vie et ne réalisent pas les contraintes absurdes qu'on leur impose, à leurs frais.
Comme au rugby, il faut revenir aux fondamentaux lorsque l'on veut s'améliorer.
Cordiales salutations.

Lire la suite

Par jOEL -

DEPUIS plusieurs années on parle de crash, mais je ne l ai toujours pas vu!alors arrêter de rêver .
Vous pouvez attendre pour acheter mais ca augmentera toujours dans certain endroits
Le prix de l immobillier est certes dépendant de la demande toujours croissante avec en fait moins d'offres car bien évidement les vendeurs ne veulent pas de - value!
En + il y aura toujours une très forte demande dans les grandes aglomérations, Rég Paris, PACA, RHONE ALPES.

Certes ce n est pas le cas dans d'autres régions
J'ai acheté sur PACA il y a un an et je ne vois pas les prix baisser!

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - La France en proie à une bulle immobilière sans précédent

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page