A Paris l'immobilier est déconnecté de la réalité

29/11/2010 à 14:32 - Estimation immobilière - Par - Réagir

A Paris l'immobilier est déconnecté de la réalité
A Paris l'immobilier est déconnecté de la réalité

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans leur dernière étude, les Notaires d'Ile-de-France observaient la semaine dernière l'envolée massive des prix de l'immobilier à Paris. Interrogé par le site internet Capital.fr, le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, évoque un marché parisien « déconnecté de la réalité » et confirme parallèlement la modification du futur PTZ Plus.

Selon la Chambre des Notaires de Paris Ile-de-France, la capitale a enregistré, au cours du 3ème trimestre 2010, une nette hausse des prix de son immobilier, portant ces derniers à des niveaux records. « Dans 19 arrondissements sur 20, les prix du 3ème trimestre correspondent aux prix les plus hauts enregistrés historiquement », constataient ainsi les notaires en relevant un prix moyen du mètre carré désormais établi à 7.030 euros (soit une progression de +13,8% sur un an).

Face à un marché parisien d'après crise renouant avec ses vieux démons, Benoist Apparu estime que « les prix de l'immobilier y sont déconnectés de la réalité ». Selon lui, le principal obstacle à l'émergence d'un marché immobilier enfin stable et raisonné reste l'absence de logements locatifs dits « intermédiaires ». « Soit vous êtes logés en HLM, soit vous gagnez plus de 5.000 euros et vous pouvez trouver un logement », constate le secrétaire d'Etat au Logement. « Entre les deux, c'est le vide ».

Repoussant l'idée d'un plafonnement de loyers appliqué aux relocations dans certaines zones tendues (proposition notamment soutenue par le Parti Socialiste), Benoist Apparu plaide donc pour la création d'un marché locatif intermédiaire affichant un loyer moyen 35% moins élevé que celui actuellement pratiqué à Paris. Pour le secrétaire d'Etat, voir apparaître sur le secteur de la location des biens immobiliers dont le loyer s'échelonnerait entre 13 et 16 euros du m² serait des plus bénéfiques.

Ne souhaitant pas prendre l'exemple parisien comme illustration du marché immobilier français, Benoist Apparu estime que si des tensions existent, elles « se limitent aux grandes agglomérations ». Pour endiguer « la crise du logement », le secrétaire d'Etat propose toutefois de « soutenir la construction en engageant une réforme de la fiscalité foncière et du droit de l'urbanisme, développer le parc de logements sociaux là où les besoins sont criants, favoriser l'accession à la propriété via notamment le nouveau prêt à taux zéro ».

Concernant ce futur PTZ+ que le gouvernement présente déjà comme un outil efficace et universel pour l'accession à la propriété, Benoist Apparu confirme, avant son entrée en vigueur le 1er janvier prochain, la modification de certains de ses aspects. « Nous avons fixé des plafonds de prêts et nous allons encourager la construction neuve. Nous avons aussi proportionné les aides pour soutenir davantage les ménages aux plus bas revenus et en priorité dans les zones tendues », explique-t-il. Et à ceux qui s'inquièteraient d'un éventuel effet néfaste du futur dispositif sur les prix de l'immobilier, Benoist Apparu assure que « l'impact sur les prix devrait être limité ».

Vos réactions

Estimation immobilière - A Paris l'immobilier est déconnecté de la réalité

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - A Paris l'immobilier est déconnecté de la réalité

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page