Crise de l'immobilier à Lyon : des hauts et des bas

10/09/2008 à 00:00 - Estimation immobilière - Par - Réagir

Immobilier : des prix en dents de scie à Lyon
Si les quartiers huppés de Lyon conservent tous leurs attraits, d'autres affichent une très nette perte de vitesse.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En ces temps de crise, coup d'oeil sur le marché immobilier à Lyon.

Comme partout ailleurs, le marché immobilier lyonnais ne se porte pas pour le mieux. Pourtant, si à Lyon on n'ose encore employer les termes de « chute des prix » et « retournement du marché », le constat est là : les délais de vente s'allongent et le nombre de transactions devrait, selon la Chambre des notaires, reculer de 5% par rapport à 2007. Tempérance ou excès d'orgueil, on préfère ici parler d'une « évolution de prix assagie », comme le précise Eric Vernax, président de la fédération des promoteurs constructeurs.

Peut-on alors imaginer le marché immobilier de Lyon épargné par la crise actuelle ? Certes non, car si les quartiers les plus prisés affichent toujours un prix au mètre carré souvent supérieur à 3.000 ¤ (3.000 ¤ à Monplaisir, Monchat et la Croix-Rousse, 3.500 ¤ sur la Presqu'île et jusqu'à 5.000 ¤ le mètre carré pour un appartement avec vue sur le parc de la Tête-d'Or), d'autres reviennent à un immobilier à prix raisonnable (c'est le cas notamment du quartier de Gerland et du 7ème arrondissement où un appartement peut respectivement se négocier à 2.300 ¤ et 2.600 ¤ le mètre carré).

Pour un marché immobilier à Lyon dont les prix avaient plus que doublé en 5 ans (+104%), il ne s'agit peut être là que d'un juste retour à la normale, accéléré il est vrai par une hausse des taux du prêt immobilier et des conditions d'octroi de crédit resserrées. Il n'en reste pas moins que l'impact de la crise immobilière se révèle déjà notable. Et si la chambre des notaires prévoit, grâce à l'attractivité de la ville, une légère progression pour 2008 de l'ordre de 3 à 5% (après toutefois +7% en 2007 et +12% en 2006), les agents immobiliers évoquent plutôt des prix en baisse de 4 à 5%.

Vos réactions

Estimation immobilière - Crise de l'immobilier à Lyon : des hauts et des bas

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - Crise de l'immobilier à Lyon : des hauts et des bas

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page