Crise de l'immobilier : Paris fait de la résistance

09/09/2008 à 00:00 - Estimation immobilière - Par - Réagir

Immobilier : l'exception parisienne
Malgré un très net recul du nombre de transactions immobilières, Paris affiche toujours des prix en hausse... Pour combien de temps encore ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Paris, capitale de la France ! Paris, ville d'exception ! Alors que la crise de l'immobilier gagne ville après ville, Paris baisse la tête mais reste sur ses positions.

+ 156%, c'est là l'augmentation hallucinante qu'ont affiché les prix de l'immobilier en France entre 1997 et 2007. Une telle ascension augure bien souvent d'une chute brutale et c'est évidemment ce à quoi est confronté le secteur de l'immobilier depuis plusieurs mois. Le retournement du marché, bien qu'anticipé par la majorité des économistes, aurait du s'effectuer plus en douceur mais la crise financière mondiale (initiée par la crise des subprimes américains) a considérablement accéléré le processus en générant l'augmentation des taux de crédit immobilier. Les ventes dans l'immobilier neuf ont enregistré une baisse de 34% au deuxième trimestre 2008 (par rapport à la même période l'an passé), les mises en chantier reculent (-6,6% sur un an en juillet 2008) et les prix affichés par les annonces immobilières appliquent une nette tendance à la baisse. Partout en France les effets du ralentissement sont désormais notables... Partout, sauf dans la capitale.

Après avoir connu une hausse des prix de + 180% durant les années fastes de l'immobilier (de 1997 à 2007), le marché parisien intra muros, s'il revoit quelque peu ses prétentions, ne semble pourtant pas vouloir capituler (+9,4% de hausse des prix, accompagnés toutefois, selon la Chambre des notaires, d'un recul annuel des ventes de près de 20%).

Admettre que le marché immobilier à Paris constitue une exception est une chose, expliquer cette différence flagrante de traitement alors que le reste de la France subit de plein fouet les effets de la crise en est une autre. Alain Duffoux, président du syndicat national des professionnels de l'immobilier, nous donne sa vision des choses : « Il y a un effet capitale. Quand le marché immobilier souffre, les capitales s'en sortent mieux. C'est le cas à Madrid ou Londres, villes où les prix sont en outre plus élevés qu'à Paris ». Maître Montazeaud, notaire, précise quant à lui que « c'est l'attractivité de paris. Les provinciaux souhaitent loger leurs enfants étudiants, les étrangers veulent un pied-à-terre à Paris, sans compter les irréductibles Parisiens qui pour rien au monde ne veulent franchir le périphérique ».

Il convient toutefois de noter que la situation du marché immobilier parisien tend de plus en plus à se confiner à Paris intra muros. En effet, fait exceptionnel depuis neuf ans, la dernière étude de la Chambre des notaires de Paris-Ile-de-France rapporte un recul des prix de l'immobilier ancien dans deux départements de la région Ile-de-France : les Yvelines et le Val-d'Oise.

Vos réactions

Estimation immobilière - Crise de l'immobilier : Paris fait de la résistance

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - Crise de l'immobilier : Paris fait de la résistance

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page