Immobilier : les loyers impayés progressent, la FNAIM réagit

06/11/2008 à 00:00 - Estimation immobilière - Par - Réagir

Immobilier : la FNAIM au secours des loyers
Suite à la publication de chiffres INSEE évoquant la progression des impayés de loyer, la FNAIM en appelle au respect du droit des bailleurs.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon la dernière « enquête nationale logement » de l'INSEE, le nombre de ménages rencontrant des difficultés à s'acquitter de leur loyer progresse de 30%. La FNAIM s'empresse de réagir.

Dans son dernier baromètre publié en début de semaine, Seloger.com fait état d'un marché immobilier locatif à deux vitesses : un accroissement notable du montant des loyers appliqués au sein des grandes agglomérations (+10.5% à Paris, +8.5% à Strasbourg ou +9.4% à Bordeaux sur une année) côtoie la légère baisse relevée dans des villes de moindre ampleur (-4,3% annuellement à Aix-en-Provence, -2% à Besançon, -2,5% à Poitiers ou encore -1,6% à Limoges). Motivée par une demande croissante, la hausse des loyers enregistrée dans la capitale ainsi que dans les grandes villes régionales (maison et appartement confondus) n'augure rien de bon pour les citoyens français, derniers sujets d'étude de l'INSEE.

L'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a en effet publié hier son « enquête nationale logement » concernant le nombre de ménages en location confrontés à des difficultés de paiement de leur loyer. Il ressort de l'étude qu'entre 2002 et 2006, la part des locataires en proie à des défauts de paiement a progressé de 30%. Si 1.372 millions de ménages avouaient en 2002 avoir du mal à s'acquitter de leur loyer, ils étaient 1.789 millions en 2006.

La Fondation Abbé Pierre allait plus loin la semaine dernière en notant une augmentation de +96%, entre 2002 et 2006, des locataires affichant des loyers impayés sur plus de deux mois consécutifs (étayant ses déclarations par des chiffres INSEE, la Fondation avançait alors le chiffre de 500.000 ménages concernés).

La FNAIM (fédération nationale des agents immobiliers) n'a pas tardé à réagir à travers un communiqué de presse publié dès la prise de connaissance de l'étude. La fédération constate également de son côté une progression des impayés de loyer : « les administrateurs de biens FNAIM ressentent, effectivement, effectivement les conséquences sur les locataires de la dégradation de la situation économique du pays. Le recouvrement des loyers est plus difficile ». Mais la FNAIM a tenu avant tout à faire valoir sa position concernant cet épineux sujet : « ces statistiques remettent à l'ordre du jour la question cruciale de la sécurisation des revenus locatifs des propriétaires bailleurs ».

Si la fédération des agents immobiliers précise que « le recouvrement [des loyers impayés] doit se doubler d'un accompagnement humain et d'une bonne compréhension des situations individuelles », elle s'aventure toutefois en terrain glissant, six jours à peine après le début de la trêve hivernale des expulsions (art. L613-3 du code de la construction et de l'habitation). Rappelant que « deux décisions d'expulsion sur trois ne sont pas appliquées », le communiqué indique qu' « il est essentiel que le droit de propriété en France ne puisse être bafoué comme il peut l'être aujourd'hui ». La FNAIM fait ainsi part de son approbation quant au dispositif du projet de loi Boutin visant à réduire « de trois ans à un an le délai de sursis maximum dans l'application d'une décision d'expulsion ».

Vos réactions

Estimation immobilière - Immobilier : les loyers impayés progressent, la FNAIM réagit

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - Immobilier : les loyers impayés progressent, la FNAIM réagit

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page