L'immobilier de luxe fait toujours recette

24/06/2008 à 00:00 - Estimation immobilière - Par - Réagir

L'immobilier de luxe : un cas à part
Malgré les crises actuelles secouant les marchés internationaux, l'immobilier de prestige continue sa progression.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si le marché immobilier résidentiel en France est aujourd'hui en berne (recul massif du nombre des ventes, baisse des prix, resserrement des conditions d'octroi du prêt immobilier), le secteur du luxe reste quant à lui toujours extrêmement prolifique.

En publiant les résultats de son étude (Global Wealth Report 2008), Liam Bailey, Directeur du département de recherche immobilier résidentiel de Knight Frank, démontre bien que la résidence de luxe continue inexorablement de faire recette en enregistrant une hausse annuelle de ses prix de 11% (hausse constatée sur le plan international).

L'étude pointe du doigt deux foyers principaux du développement de l'immobilier de prestige : les pays émergents tels que la Chine et les états d'Europe centrale et orientale, et des pays peut-être plus traditionnels mais considérés comme étant de grands pôles financiers ou disposant de régimes fiscaux avantageux (la France, l'Italie et les Caraïbes ont notamment pu constater une nette augmentation du prix de leurs résidences secondaires).

Les prix affichés par l'immobilier de luxe sont sans commune mesure avec les cours de l'immobilier classique et semblent ne souffrir aucunement des crises actuelles comme le précise le rapport : « les riches deviennent toujours plus riches. À moyen et à long terme, les marchés haut de gamme et très haut de gamme seront amenés à surclasser tous les autres, suivant la progression de la richesse dans le monde ». Malgré les troubles qui secouent son marché immobilier (prix en baisse, sévère crise du prêt immobilier), Londres s'adjuge ainsi le titre de ville la plus chère du monde avec des logements de prestige se monnayant à 46.000 euros le mètre carré, suivi de près par Monaco et Saint Jean Cap-Ferrat (43.490 euros par mètre carré).

Au classement des plus fortes progressions tarifaires, Antigua (+40%) et SaintJean Cap-Ferrat (+39%) devancent désormais Saint-Pétersbourg et Moscou dont la croissance passe respectivement de 95% à 38% et de 75% à 35%). Le ralentissement enregistré par les deux villes russes s'explique par une diminution notable de leur stock de biens immobiliers de luxe.

Enfin, concernant les villes où les prix de l'immobilier de luxe ont enregistrés la plus faible croissance, Dublin, Ibiza et Noosa Heads (Australie) affichent respectivement un repli de -15%, -13% et -7%.

Vos réactions

Estimation immobilière - L'immobilier de luxe fait toujours recette

Noter cet article :

2 1

Par tapia -

Bonjour,
Pensez vous qu'une entreprise qui fait des maisons de luxe, pourrait fonctionner aujourd'hui?

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - L'immobilier de luxe fait toujours recette

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page