Immobilier et économie d'énergie : des logements déficients

02/10/2007 à 00:00 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

Pas d'image disponible
Immobilier et économie d'énergie : des logements déficients

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ces dernières années de plus en plus de villes se livrent à l'analyse des déperditions énergétiques de son domaine immobilier.
Réalisées par voie aérienne, ces études permettent de dresser une carte thermique précise de chaque ville, révélant pour la plupart que 20 à 30% des toitures disposent d'une isolation déficiente.
La thermographie aérienne n'est pas la seule façon d'attirer l'attention sur les déperditions d'énergie liées à un bâtiment : le diagnostic immobilier de performance énergétique permet également de mettre en évidence la valeur isolante d'un logement.
Obligatoire depuis novembre 2006 pour un bien immobilier à la vente, et depuis juillet 2007 pour une maison ou un appartement à la location, ce diagnostic immobilier devrait bientôt se voir étendu aux locaux tertiaires (bureaux, centres commerciaux, hôtels, etc.).

La mise en place d'une étiquette énergétique pour chaque bien immobilier (identique à celle déjà proposée pour les appareils électroménagers) permet de dresser un classement des logements énergivores.
S'appuyant sur ce dispositif, le groupe de presse immobilier « De particulier à particulier » publie une enquête réalisée sur 450 logements parisiens (69% d'appartements et 31% de maisons).
D'après le diagnostic immobilier effectué, il en ressort que 38,8% de ces logements se situent en catégories F et G (les plus énergivores) et 34,4% en classe E (classe comprenant l'essentiel des habitations françaises).
Le parc immobilier résidentiel représente ainsi le premier consommateur national d'énergie (40%) entraînant un rejet de gaz à effet de serre équivalant à 2 tonnes annuelles de dioxyde de carbone par habitant.

Concernant le secteur du bâtiment, la loi de politique énergétique de 2005 a fixé comme objectif une diminution de 75% des déperditions thermiques d'ici 2050.
Vaste chantier en perspective puisqu'il devra passer par la rénovation de la grande majorité des biens immobiliers construits avant 1975 (année d'entrée en vigueur de la réglementation thermique qui devrait d'ailleurs se voir durcir lors du futur Grenelle de l'environnement).
L'instauration de mesures incitatives telles que le crédit immobilier écologique tend à montrer que le gouvernement entend bien placer la France sur la voie du développement durable.

Vos réactions

Diagnostic immobilier - Immobilier et économie d'énergie : des logements déficients

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Diagnostic immobilier - Immobilier et économie d'énergie : des logements déficients

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page