Le parc immobilier français serait bien plus énergivore que prévu

18/05/2011 à 11:38 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

L'immobilier français plus énergivore que prévu
Le parc immobilier français serait bien plus énergivore que prévu

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le parc immobilier français serait-il plus énergivore que ce que l'on voudrait bien nous faire croire ? C'est en tout cas ce que semble indiquer une récente étude menée par le réseau Ex'im selon laquelle 4 logements sur 5 afficheraient une étiquette énergétique comprise entre D et F.

80%, telle est en France l'impressionnante proportion de logements classés en catégorie D, E et F au terme d'un diagnostic de performance énergétique (soit 3 des 4 plus mauvaises catégories). S'il était communément admis que près de la moitié du parc immobilier français s'inscrivait au sein d'une des 4 premières classes énergétiques (A à D), l'enquête menée par le réseau de diagnostiqueurs Ex'im vient donc remettre en cause les statistiques en vigueur jusque-là.

Le logement français moyen classé E

Après avoir passé en revue quelques 10.000 biens immobiliers (maisons et appartements), le réseau Ex'im comptant dans ses rangs 73 cabinets de diagnostiqueurs, vient donc de dévoiler une étude peu reluisante de notre parc immobilier. 80% des logements afficheraient ainsi une consommation énergétique comprise entre 151 et 450 kWh/m²/an (correspondant aux classes D, E, F). Selon l'enquête, la consommation énergétique moyenne (tous logements confondus) avoisinerait les 240 kWh/m²/an, une consommation qui classerait le logement moyen français en catégorie E. Contrairement à une idée largement répandue, les biens immobiliers de catégorie A et B (les moins énergivores) seraient ainsi relativement rare. Seuls les logements les plus récents, neufs et ayant bien souvent recours aux énergies renouvelables (pompe à chaleur, panneau solaire, etc.) peuvent en effet se prévaloir d'une telle reconnaissance.

Le DPE toujours dans la ligne de mire

S'il est obligatoirement affiché sur chaque annonce immobilière depuis le 1er janvier 2011, le diagnostic de performance énergétique (DPE) destiné à informer les particuliers sur la consommation réelle d'un logement fait depuis quelques semaines maintenant l'objet de vives critiques. Souhaitant redorer l'image écornée de tout un secteur d'activité et plus particulièrement celle du DPE, la Fédération du diagnostic du bâti (Fneci) vient parallèlement de proposer « la constitution d'un groupe de travail dans le cadre du Plan Bâtiment Grenelle dont la mission sera de revisiter l'ensemble du dispositif ». Selon elle, « si un défaut de compétence [des diagnostiqueurs] ne peut être exclu, cette explication ne reflète que partiellement les causes possibles d'un même effet ». La Fneci souligne ainsi le fait que « le DPE introduit une notion de recommandation dont l'acception laisse place à des interprétations variées » et regrette « l'absence de certification obligatoire des logiciels ».

Vos réactions

Diagnostic immobilier - Le parc immobilier français serait bien plus énergivore que prévu

Noter cet article :

3 8

Par Julien community manager -

J'ai aussi vu cette info, 80 % des logements français dans les catégories les plus énergivores, c'est vrai que c'est un chiffre particulièrement important ! Le diagnostic énergétique des habitations à la vente ou à la location en est d'autant plus crucial.

Dans un article similaire au votre j'ai croisé ces données d'Ex Im avec celle de LG Immo.
Cela m'a amené à me poser quelques questions sur le DPE, les perspectives d'évolution du diagnostic.. Malheureusement les réponses à ces questions dépassent mes compétences. Si vous pouviez m'aider à y voir un peu plus clair, j'en serai très heureux.
N'hésitez pas à donner votre opinion sur le sujet.

Lire la suite

Par archimede -

J'avais déjà constaté avec effarement l'ineptie des diagnostics énergétiques (DPE) en 2007 et je l'avais fait savoir à bien des intervenants ! Il a fallu attendre les critiques de l'UFC que choisir pour que l'on me donne raison. Cette statistique démontre un peu plus la stupidité d'un diagnostic qui a été conçu par les équipes de Borloo et autres pseudo écolos

Lire la suite

Par kornak -

Le DPE, obligatoire, représente la quintessence du mensonge organisé.
Le diagnostiqueur, nouvellement certifié moyennant une lourde charge financière(plusieurs milliers d'euros), se voit contraint de rentabiliser son investissement initial et de créer un embryon de clientèle(merci la règlementation).
La manipulation d'un diagnostiqueur est à la portée d'un enfant, les vendeurs et bailleurs ne s'en privant pas (moi le premier!)

Lire la suite

Par bourgeois guy -

oui , je le pense ,mais nous sommes seulement au début de la conscience éconnomique à ce sujet .

Lire la suite

Par Patrice BOURGOIN -

Cette classification est le reflet de la part importante de chauffage electrique qui est pénalisé d'une à deux tranches à cause du coefficient multiplicateur de 2.58 ce qui ne reflète nullement le coût réel et surtout l'émission de CO².
à titre d'exemple une maison consommant 120kWheEP/m² est classée C au gaz naturel et fuel et E en elctrique du point de vue coût en ¤ selon la grille de classification au Gaz Naturel elle reste C, au fuel et à l'électricité le ratio donne D.
Le DPE qui se doit d'être un indicateur objectif de consommation est totalement dissocié des coût réels de chauffage.

Lire la suite

Par Meulanaise -

Pas étonnant que l'étude d'Exim donne de tels résultats. Mon logement classé E avant travaux d'isolation importants et onéreux s'est retrouvé classé F après leur expertise avec les mêmes outils (méthode 3CL V15c)! Voilà qui réduit fortement l'accès au PTZ+... no comment.

Lire la suite

Par leroux -

Pas la peine de nous mentir.
La thermographie infrarouge est un moyen indiscutable de connaître la qualité de l'isolation d'un logement.
Le seul hic est que les constructeurs refusent de la prendre en compte. Il y aurait bien sûr trop de déconvenues.
Ciao

Lire la suite

Par mlou1 -

Je connais les efforts faits pour réduire la consommation d'énergie de l'Allemagne, de la Belgique et Luxembourg...Chez ce dernier pour d'obtenir la classe A et B il faut avoir des fenêtre en triple vitrage...les murs finis peuvent atteindre ou dépasser 50cm d'épaisseur. Les réductions de conso d'énergie pour ces 3 pays dépassent 60%!!!La France a encore au moins 10 ans de retard...Cerise sur le gâteau: les prix en Allemagne et Belgique sont 30 à 40% moins chers qu'en France...Chez nous les constructeurs semblent s'être entendu avec les Pros de l'énergie (EDF, GDF, les pétroliers et l'état) afin de réduire la conso d'énergie au minimum...Ils ont du mal à accepter que les maisons/apparts passent de 450kW/an/m² à 50kW/m² soit 9 fois moins d'énergie absorbée...et facture divisée par 9...Les Pros de l'énergie ne devraient pas se plaindre car en France il n'y a pas des dizaines de milliers Passivhaus comme en Allemagne, Suisse et Autriche qui consomment seulement 15kW/m²/an...Pauvre France...

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Diagnostic immobilier - Le parc immobilier français serait bien plus énergivore que prévu

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page