L'Institut Montaigne propose une réforme du DPE

24/10/2013 à 16:23 - Diagnostic immobilier - Par - Réagir

L'Institut Montaigne propose une réforme du DPE
L'Institut Montaigne propose une réforme du DPE

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Comment faire entrer la France de plain-pieds dans une ère de transition énergétique ? Si la conférence environnementale organisée par le gouvernement en septembre dernier avait pour objectif de répondre à cette question, un rapport publié dans le même temps par l'Institut Montaigne exposait ses propres propositions. S'il ne fallait en retenir qu'une, la modification du DPE serait sans doute celle-ci.

Groupe de réflexion (ou Think Tank) fondé en 2000, l'Institut Montaigne regroupe cadres d'entreprises, hauts-fonctionnaires, universitaires et représentants de la société civile afin d'élaborer des pistes de réflexion concrètes en matière d'action publique. En septembre 2013, celui-ci a donc profité de la grande conférence environnementale pour dévoiler une liste de préconisations en faveur de la transition énergétique.

Partant du postulat de départ qu'aucune avancée majeure ne pourraient durablement s'établir sans avoir préalablement procédé à la rénovation du parc immobilier existant, le rapport fait donc de cette dernière une étape des plus cruciales. Les logements anciens étant “les plus gros consommateurs d'énergie (44 %) et les principaux émetteurs de gaz à effet de serre (23 %)”, note ainsi l'Institut, “le faible taux de renouvellement du parc immobilier (estimé à 1 % par an) explique que les efforts d'amélioration de la performance énergétique doivent se concentrer sur la rénovation”.

Parmi les mesures préconisées en ce sens, l'adaptation du diagnostic immobilier DPE apparaît comme l'une des plus emblématiques. Prenant place au sein de la proposition numéro 3 visant à “mieux guider le consommateur dans sa démarche de rénovation énergétique”, cette refonte du DPE se traduirait par l'application d'un dispositif plus compréhensible. Pour ce faire, le rapport prône l'instauration de l'euro par an et par mètre carré comme unité de mesure en lieu et place des kWh/m² actuellement utilisés pour définir la performance énergétique d'un logement.

Si le DPE était exprimé directement en euro par an et par mètre carré (¤/an/m²), le consommateur pourrait évaluer plus simplement le coût de la consommation énergétique d'un bâtiment ou d'un logement et le mettre en rapport avec le niveau du loyer ou le prix d'achat du bâtiment”, explique le groupe de réflexion.

A cette proposition vient s'ajouter celle d'indiquer systématiquement lors d'un DPE des suggestions de travaux rentables et autres “gestes visant à améliorer la qualité énergétique du logement”.

Toujours dans une volonté de faire de la performance énergétique un élément véritablement clair et lisible, le rapport recommande la mise en place d'un “label unique pour les prestataires de services et de travaux de rénovation” ainsi que la création d'un conseiller en rénovation énergétique (dont les missions iraient de la réalisation du DPE, en passant par la recommandation de travaux ou encore le suivi de ces derniers).

Reste désormais à savoir si de telles propositions trouveront un écho favorable auprès du gouvernement ou si elles resteront, comme c'est bien souvent le cas, lettres mortes.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page