2015, un grand cru pour le logement neuf

16/11/2015 à 14:22 - Immobilier - Par - Réagir

2015, un grand cru pour le logement neuf
2015, un grand cru pour le logement neuf

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

On les croyait sur la brèche, mal en point, les promoteurs immobiliers devraient pourtant conclure l'année en beauté. Si l'on en croit la FPI, 2015 pourrait même être l'un de leurs meilleurs crus en termes de ventes.

Logements neufs : après l'année noire, la consécration

Depuis maintenant plus d'une semaine, les publications se multiplient pour attester du regain d'activité enregistré par le secteur du logement neuf au cours de l'exercice 2015. Dans sa dernière note de conjoncture, la FPI (Fédération des promoteurs immobiliers) a ainsi fait état d'un excellent premier semestre suivi d'un troisième trimestre durant lequel le volume de ventes a su se maintenir au plus haut (+18% par rapport au 3ème trimestre 2014). Une bonne santé qui tranche significativement avec une année 2014 où seuls 85.820 logements neufs avaient alors trouvé preneur (soit le plus faible volume depuis 2008). La donne semble donc avoir radicalement changé comme le souligne Alexandra François-Cuxac, présidente de la fédération : « si la tendance des trois premiers trimestres se confirme jusqu'à la fin de l'année, nous pourrions vendre entre 110.000 et 115.000 logements neufs en 2015 ». Or, un tel niveau de transactions positionnerait 2015 parmi les cinq années les plus prolifiques de ces deux dernières décennies.

Entre investisseurs et primo-accédants, qui aura le dernier mot ?

Lors de la publication de leurs résultats, les promoteurs ont toutefois manifesté une certaine prudence en ce qui concerne la pérennité de leur activité sur le long terme. Le marché du logement neuf souffre en effet d'une faiblesse de taille, à savoir sa dépendance évidente à l'immobilier locatif. Incités par un dispositif Pinel fiscalement bien plus avantageux que son prédécesseur le Duflot, les investisseurs ont trusté les ventes au point de représenter 54% de l'activité des promoteurs. Le retrait des candidats à l'accession à la propriété, qui ont cette année préféré miser sur des logements anciens moins onéreux, apparaissait donc comme un nuage persistant dans le ciel de plus en plus dégagé des promoteurs. La situation pourrait toutefois évoluer favorablement à compter de 2016 grâce notamment à une nouvelle version du prêt à taux zéro dont les diverses modifications devraient motiver un nombre croissant de primo-accédants à revenir sur le marché.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page