Century 21 : Cécile Duflot freine le marché

01/10/2013 à 10:26 - Immobilier - Par - Réagir

Century 21 : Cécile Duflot freine le marché
Century 21 : Cécile Duflot freine le marché

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En présentant son projet de loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur), Cécile Duflot a-t-elle « rompu la confiance, véritable moteur du marché » ? C'est ce qu'estime Laurent Vimont, président de Century 21, qui constate un net recul de l'investissement locatif au cours du troisième trimestre 2013.

S'il faut en croire une étude réalisée par le réseau d'agences immobilières Century 21, les acquisitions de logements anciens destinés à la location ont accusé un repli de 5,8% lors du troisième trimestre 2013 (par rapport à la même période en 2012). Une désaffection des acheteurs pour le marché locatif qui tend à confirmer les craintes qu'entretenaient les professionnels du secteur à l'égard des dernières décisions gouvernementales. La situation n'est certes pas nouvelle (les premier et deuxième trimestres ayant enregistré des baisses de respectivement -6% et -5,2%) mais les agents immobiliers tiennent désormais leur responsable en la personne de Cécile Duflot.

Entre « carcan législatif » et « contraintes de la loi Alur », Laurent Vimont pointe donc un doigt accusateur sur les différentes dispositions imaginées par la ministre du Logement. « Il y a tout d'abord eu la taxation sur les plus-values réalisées à la revente d'une résidence secondaire (6% au-dessus de 50.000 euros), puis cette annonce de réquisition des logements vacants. Et enfin les différentes mesures de la loi Alur avec la réglementation des loyers dans les zones tendues et la garantie universelle des loyers », explique-t-il dans les colonnes du Figaro.

Si le président de Century 21 estime que « nous nous dirigeons à grands pas vers une véritable crise du logement », la baisse du marché locatif apparaît bien plus marquée en Ile-de-France. Ainsi à Paris, la part des investisseurs s'établit désormais à 26,9%, soit un repli de 11% depuis le début de l'année. « Dans un État où la liberté est une priorité, les investisseurs veulent pouvoir gérer leurs biens sans être bridés. Cécile Duflot a rompu la confiance, véritable moteur du marché », constate avec dépit l'agent immobilier.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page