Crédit immobilier : les prêts immobiliers sont aujourd'hui une espèce en voie de disparition

24/10/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit immobilier : de moins en moins de prêt
L'absence historique de prêt immobiliers pour les acheteurs pèse sur le porte-monnaie de tous les français

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Malgré des annonces rassurantes de la part du gouvernement, l'octroie de prêt immobilier reste au point mort. Principales causes, une hausse des taux crédit immobilier mais aussi une méfiance des banques à l'égard de leurs clients. Cette disette de crédits immobiliers est historique puisqu'elle est encore plus importante que celle des années 1990, date de référence en matière de crise immobilière. Au troisième trimestre 2008, le marché des crédits immobiliers a même reculé de 26,3% par rapport à 2007, selon une étude de l'Observatoire Crédit Logement / CSA. Et sur l'ensemble de l'année, l'étude prévoit « une baisse de 20% à 22% des crédits en valeur », une diminution jamais vue depuis le début des statistiques sur ce sujet en 1974.

Conséquence direct de cette pénurie de prêt immobilier, et selon une étude de conjoncture immobilière des Notaires de France publiée le jeudi 23 octobre, le nombre de transactions immobilières (neuf et ancien confondu) devrait passer de 870.000 ventes en 2007 à 650.000 en 2008, soit une baisse de 25% ! Me Pierre Bazaille, auteur de cette note indique que « Le marché immobilier se caractérise avant tout par le blocage des transactions » et que le volume de celles-ci est retombée à celui « des années 1993-1994 ». La baisse étant par ailleurs plus forte dans le neuf, avec une diminution de 33,6% des transactions.

Dans ce contexte incertain et sur fond de crise financière, les causes font boules de neige et entrainent presque tous les secteurs dans leur chute. Les acheteurs attendent pour acheter, prévoyant une baisse encore plus importante des prix et les quelques investisseurs désireux de finaliser leur achat se voient refuser leur prêt immobilier par les banques. Tout le système est alors entrainé par une spirale du « non-investissement », comme le résume très bien Michel Mouillart, professeur d'économie à l'Université de Paris X Nanterre : « Ca a deux conséquences. La première est visible : les ménages s'endettent moins et réalisent moins d'opérations immobilières. La deuxième conséquence, c'est que ça risque de venir durcir la crise du logement. Après, ça vient détruire l'appareil de production des entreprises, parce que les entreprises font faillite, licencient, ne sont plus en mesure de produire du foncier, de produire des logements ».

L'Observatoire Crédit Logement / CSA note aussi une nouvelle hausse des taux de prêt immobilier (voir simulation prêt immobilier). Le taux moyen d'un prêt immobilier s'établit aujourd'hui à 5,04%. Autre chiffre éloquent : au troisième trimestre, plus de 55% des crédits immobiliers étaient accordés à un taux supérieur à 5%. Alors qu'en janvier 2006, cette proportion n'était que de 0,1%...

Enfin conséquence indirecte de tout cela, les mairies ne percevant plus une partie des frais de notaire lors des ventes immobilières, se voient dans l'obligation d'augmenter les impôts locaux de leur commune, Bertrand Delanoë l'ayant déjà annoncé hier.

Finalement même si vous n'avez pas décidé de vendre ou d'acheter un bien immobilier, votre porte-monnaie sera aussi touché...

Vos réactions

Crédit immobilier - Crédit immobilier : les prêts immobiliers sont aujourd'hui une espèce en voie de disparition

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crédit immobilier : les prêts immobiliers sont aujourd'hui une espèce en voie de disparition

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page