Crédit immobilier : trois banques françaises sous surveillance

22/07/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit immobilier : des banques sous surveillance
L'Autorité des marchés financiers (l'AMF) vient d'entamer une enquête concernant la communication de trois banques française au sujet des risques liés à la crise américaine du crédit immobilier.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si aux Etats-Unis le FBI vient d'ouvrir une enquête auprès de plus d'une vingtaine de banques concernant les méthodes employées en vue de la souscription d'un prêt immobilier, en France c'est l'AMF (l'Autorité des Marchés Financiers) qui mène actuellement des investigations sur trois groupes bancaires : Société Générale, Crédit Agricole SA et Natixis. La comparaison s'arrête toutefois ici puisque l'action de l'AMF vise simplement à vérifier que les établissements ont communiqué de manière « complète, appropriée et fiable » au sujet des risques liés à la crise du crédit immobilier américain dit « subprime ».

En clair, le gendarme de la Bourse chercherait à savoir si les informations fournies par les trois groupes aux investisseurs ont été suffisantes et conformes aux règles en vigueur, notamment en ce qui concerne l'exposition des banques face à la crise américaine du crédit. L'AMF joue ainsi parfaitement le rôle qui lui a été attribué, à savoir « de veiller à la protection de l'épargne investie dans les instruments financiers et tout autre placement donnant lieu à appel public à l'épargne ; à l'information des investisseurs et enfin au bon fonctionnement des marchés d'instruments financiers ».

L'AMF a gardé un oeil sur la Société Générale depuis l'affaire Kerviel et Natixis devrait très certainement faire l'objet d'une attention toute particulière due à l'activité boursière intense de son titre. Si aucune enquête supplémentaire n'a pour l'instant été entreprise à ce sujet, le cabinet de conseil aux actionnaires Deminor souhaite vivement que l'Autorité des marchés financiers concentre son attention sur les conditions d'introduction en Bourse de Natixis. Dans une lettre écrite au secrétaire général de l'AMF, Gérard Rameix, le cabinet Deminor précise qu' « il semblerait que lors de l'ouverture du capital, les réseaux des Banques Populaires et des Caisses d'Epargne aient mis en place une politique commerciale agressive auprès de leurs clients pour placer les titres Natixis en ne prenant pas toujours les précautions d'usage pour expliquer les risques inhérents à cet investissement ».

Si Deminor s'interroge sur « l'origine des mouvements intervenus sur le titre ces derniers jours » (la valeur Natixis ayant par exemple plongé de près de 13% mercredi 16 juillet), il affirme également avoir reçu plusieurs témoignages d'actionnaires de Natixis « inquiets devant la chute brutale du titre qui a perdu plus de 70% » depuis son entrée en Bourse. Le cabinet ne peut donc que se réjouir de la décision prise par l'autorité boursière d'enquêter sur la communication des banques à propos de la crise du crédit immobilier à risque (le prêt hypothécaire américain)

Il est pour l'heure trop tôt pour évoquer d'éventuelles sanctions mais, si l'enquête diligentée par l'AMF devait conclure à de graves infractions, un recours en justice ne serait évidemment pas à exclure.

Vos réactions

Crédit immobilier - Crédit immobilier : trois banques françaises sous surveillance

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crédit immobilier : trois banques françaises sous surveillance

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page