Banque et crédit : les secrets de la crise peu à peu dévoilés

27/11/2009 à 10:29 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crédit : les premiers secrets de la crise tombent
Banque et crédit : les secrets de la crise peu à peu dévoilés

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si la crise financière semble désormais bel et bien derrière nous, les banques n'en conservent pas moins de lourds secrets dans leurs coffres. La Banque d'Angleterre vient en effet de reconnaître avoir secouru, en toute discrétion, deux des plus importantes banques du pays : RBS (Royal Bank of Scotland) et HBOS.

Rappelons-nous. En septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers, intoxiquée par une multitude de produits hasardeux dont les fameux subprimes (ces prêts immobiliers à risque), annonçait sa faillite et précipitait dans son sillage l'ensemble du système financier mondial. Au fil des semaines qui suivirent, bon nombre d'établissements ont connu un sort similaire. Au cours du mois d'octobre 2008, les banques britanniques RBS et HBOS ont ainsi frôlé de peu la catastrophe, échappant à la faillite grâce à la seule intervention de la Banque d'Angleterre.

Une intervention qui s'est traduite par l'octroi de différents crédits dont le montant global se serait élevé à 61,6 milliards de livres (soit 68 milliards d'euros). Avouant avoir ainsi joué le rôle de « prêteur en dernier ressort », la Banque centrale anglaise aurait délibérément caché ce sauvetage afin d'éviter le mouvement de panique des épargnants qui n'aurait pas manqué de suivre une telle annonce. Elle lève aujourd'hui le voile sur cette action d'urgence car, précise-t-elle, les états de santé de RBS et HBOS (désormais Lloyds Banking Group depuis sa fusion avec la Lloyds TSB) sont actuellement stabilisés.

Si l'ensemble des sommes engagées a depuis été intégralement remboursé par les établissements concernés, le 16 décembre 2008 pour RBS et un mois plus tard pour HBOS (16 janvier 2009), la question des pertes non reconnues par les banques peut légitimement être posée. A cette question, Dominique Strauss-Khan répond dans les colonnes du Figaro qu' « il reste d'importantes pertes non dévoilées ». De l'avis même du directeur du Fond monétaire international (FMI), « 50 % sont peut-être encore cachées dans les bilans. La proportion est plus forte en Europe qu'aux États-Unis ».

Si le secret entourant l'action de sauvetage de la Banque d'Angleterre pouvait apparaître louable, le fait qu'aucune mention des 68 milliards d'euros ne soit faite dans le bilan de l'organe central anglais peut sembler des plus troublant. Les différentes banques centrales cacheraient-elles encore des injections de fonds non dévoilés ? Il ne s'agit bien évidemment là que d'une supposition mais cette dernière pourrait alors expliquer pourquoi la FED (réserve fédérale américaine) rechigne à ce qu'un audit examine ses comptes...

Vos réactions

Crédit immobilier - Banque et crédit : les secrets de la crise peu à peu dévoilés

Noter cet article :

3 1

Par Ap2E Agir pour une economie equitable -

Pourquoi être aussi sûr dans ses affirmations. Dubai ??? la crise financière n'est pas finie, la crise économique commence, la crise sociale reste à venir
Nous défendons qu'il n'y aura pas de développement durable sans une économie équitable. Un tel projet de société est une véritable alternative.
Ap2E Agir pour une Economie Equitable Le Guide de l'Economie Equitable

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Banque et crédit : les secrets de la crise peu à peu dévoilés

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page