Crise du crédit immobilier : l'Europe face à ses produits bancaires pourris

02/03/2009 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crise du crédit : la contre-offensive européenne
Crise du crédit immobilier : l'Europe face à ses produits bancaires pourris

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Virus sinon totalement responsable du moins initiateur et propagateur de la crise actuelle, les actifs « toxiques » détenus par les banques européennes étaient ce dimanche 1er mars 2009 au centre des débats du sommet européen.

Que faire de ses actifs « pourris », ces subprimes à l'européenne (prêt immobilier à risque, prêt hypothécaire), qui minent les bilans de nos banques ? Voilà la question à laquelle se devaient de répondre les dirigeants de la zone Euro réunis ce dimanche 1er mars. Une interrogation « pas simplement technique mais aussi politique et financière », commentait Nicolas Sarkozy au sortir de la rencontre. Si la baisse notable des taux de crédit immo conjuguée aux diverses actions entreprises par l'Etat et la BCE (banque centrale européenne) restent somme toute porteuses d'espoir, ces produits financiers contaminés encore détenus par les banques représentent, selon le Chef de l'Etat français, le principal vecteur à la crise actuelle du crédit.

Au terme des délibérations, les dirigeants européens ont donc convenu d'un accord-cadre définissant le traitement de ces produits « toxiques ». Un accord qui ne devrait se voir finalisé qu'à l'issue d'une future réunion prévue ces 19 et 20 mars. Le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, a précisé que le sommet de dimanche a toutefois permis l'édification d'un « cadre européen de façon à assurer le bon fonctionnement du marché intérieur ».

La chasse aux actifs « pourris » dérivés du prêt immobilier à risque américain (subprime) devrait donc prendre place au sein d'un décor commun à tous les Etats de la zone Euro. Un cadre commun laissant néanmoins la place aux initiatives personnelles, c'est ce qu'a souhaité souligner Jose Manuel Barroso en précisant qu'une « grande flexibilité sur la détermination des actifs éligibles » serait la règle. « C'est le choix de chaque Etat d'aider ses banques », ajoutait en ce sens Nicolas Sarkozy, « nous préférons encourager les banques à prêter aux entreprises et aux ménages plutôt qu'en transférant sur le budget de l'Etat des pertes liées à des investissements passés dans des actifs américains douteux ».

Si l'Allemagne, les Pays-Bas ou la Grande Bretagne approuvent la mise en place d'une « bad bank » calquée sur l'initiative américaine (banque fondée dans le simple et unique but d'assainir les établissements financiers en récupérant et regroupant leurs actifs « toxiques » et autres crédits insolvables), la France quant à elle ne semble pas vouloir se tourner vers une telle option.

Vos réactions

Crédit immobilier - Crise du crédit immobilier : l'Europe face à ses produits bancaires pourris

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crise du crédit immobilier : l'Europe face à ses produits bancaires pourris

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page