Crise financière : après le lundi noir boursier, un mercredi plus sombre encore

08/10/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Crise financière : les bourses craquent
Ce lundi s'était avéré extrêmement éprouvant pour les bourses mondiales mais semble pourtant déjà eclipsé par un mercredi plus noir encore. Pendant ce temps, les banques centrales se démènent

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

« Cela dépasse l'imagination. Le public a d'énormes craintes pour l'avenir ». Telle fut la réaction de Taro Aso, le premier ministre japonais, à la vue de la dégringolade historique ce mercredi de la bourse de Tokyo (-9,38%). Dans le même temps, ce sont toutes les places financières asiatiques qui se sont écroulées : Hong Kong (-8,2%), Bombay (-8,16%), Bangkok (-8,37%), Jakarta (-10,38%), Séoul (-5,81%), Sydney (-5%) et Shanghai (-3,04%).

A mi-séance les bourses européennes ne se trouvaient pas mieux loties en affichant des replis impressionnants de -8,18% à Paris, -7,41% à Francfort, -9,05% à Amsterdam et -6,11% à Milan. Après le « lundi noir » de début de semaine, la crise financière internationale est donc à l'oeuvre pour générer un « mercredi noir ».

Une crise, initiée aux Etats-Unis par le naufrage du crédit immobilier à risque (subprime), qui n'a pas manqué de faire chuter Wall Street de -5,11%, plaçant ainsi la célèbre bourse à son plus bas niveau depuis cinq ans.

Les interventions gouvernementales fusent pourtant de toutes parts. En Europe, la Grande-Bretagne a annoncé ce matin la mise en place d'un fond de soutien de ses huit plus grandes banques et relance par la même occasion l'idée d'un plan de sauvetage commun ; dans le sillage de la banque centrale australienne qui a baissé son taux directeur d'un point (taux en fonction duquel sont établis les taux de crédit pratiqués par les banques), la Banque Centrale Européenne (BCE) abaisse également le sien pour le fixer à 3,75% (au lieu de 4,25%) et verse, pour le deuxième jour consécutif, 50 milliards de dollars afin de fluidifier le marché.
Aux Etats-Unis, la Réserve fédérale (FED) a annoncé le rachat des prêts à court terme et laisse entrevoir la perspective d'un prochain recul de son taux directeur (probablement avant le 28 octobre, date de sa future réunion).
Ces diverses baisses des taux furent décidées mardi dans le cadre d'une action concertée de six grandes banques centrales (la FED, la BCE, la Banque d'Angleterre, la Banque nationale suisse, la Banque du Canada et la banque du japon). Afin de mesurer l'ampleur du phénomène, il est bon de noter que c'est seulement la seconde fois que des banques centrales agissent de concert depuis 1986.
En Islande les nationalisations s'enchainent à tour de bras et après celles des banques Glitnir et Landsbanki (respectivement 3ème et 2ème plus grosses banques du pays), c'est au tour du numéro un, Kaupthing, de chanceler. Quant à la Russie, son président a d'ores et déjà annoncé mardi l'instauration de crédits sur cinq ans octroyés aux banques pour un volume de 36,3 milliards de dollars.

Après l'injection massive de liquidités sur les marchés, les banques centrales utilisent donc le levier des taux directeurs pour tenter de juguler la crise. Ce revirement de stratégie s'explique notamment par le fait que le tarissement des prêts interbancaires semble constituer la clé du problème : faute de confiance, les banques ne se prêtent plus l'argent qui leur permettait de se refinancer et, si elles le font, les taux appliqués s'avèrent alors excessivement élevés. La baisse des taux directeurs pourrait alors se révéler être, selon René Defossez travaillant chez Natixis, « un électrochoc salutaire ».

Mais la crise financière apparaît plus que jamais mondiale et si ces mesures permettent aux marchés financiers de reprendre sporadiquement un peu d'air en cours de séance (le CAC 40 étant ainsi apparu dans le vert il y a peu avant de replonger aux alentours des -3%), elles ne rassurent pas pour autant ni les investisseurs, ni les observateurs. « Ce genre de mesure ne fonctionne plus. C'est comme d'insuffler du sang dans un coeur alors que les artères fuient de toutes parts », explique ainsi un courtier japonais de Nikko Cordial.

Vos réactions

Crédit immobilier - Crise financière : après le lundi noir boursier, un mercredi plus sombre encore

Noter cet article :

2 3

Par VanPhan-69 -

Quand on vous dit que c'est bientôt la fin du monde...^^

Lire la suite

Par 106rouge -

La fin du monde je ne sais pas, lol...mais en tout cas ça n'a pas l'air de s'arranger : déjà -6,48% pour le CAC 40 à 17h00.
Faites vos jeux, rien ne va plus...

Lire la suite

Par David C. -

Pour faire face à la crise financière internationale:

Faites appel à Cheminade!!!

Depuis 1995, Jacques Cheminade l'avait dit!!! Aujourd'hui Jacques Cheminade propose ses solutions!!!

Vite demander un VRAI nouveau Bretton woods!!!

David C.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crise financière : après le lundi noir boursier, un mercredi plus sombre encore

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page