Epargne : Livret A et PEL bientôt réformés ?

27/07/2015 à 13:04 - Immobilier - Par - Réagir

Epargne : Livret A et PEL bientôt réformés ?
Epargne : Livret A et PEL bientôt réformés ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les produits phare de l'épargne que sont les Livrets A et les plans d'épargne logement (PEL) feront-ils l'objet d'une réforme structurelle ? C'est en tout cas ce que souhaite Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France.

Une réforme de l'épargne se dessine

Samedi 1er août prochain, le taux de rémunération du Livret A passera de 1% à 0,75%, une diminution qui s'est rapidement attirée les foudres des associations de consommateurs et d'épargnants. Déjà passablement animées, les discussions autour des produits d'épargnes pourraient bien se faire un peu plus virulentes. A l'occasion d'un entretien accordé au quotidien Le Monde, le gouverneur de la Banque de France a en effet plaidé pour certaines modifications qui, si elles devaient voir le jour, ne seraient sans doute pas du goût de tout le monde. Christian Noyer estime ainsi que Livret A et PEL ont été détournés de leurs objectifs initiaux et mériteraient par conséquent de faire l'objet d'une refonte qui se traduirait, pour le consommateur, par des produits bien moins attractifs que ceux en vigueur actuellement.

Livret A : trop de riches en ont un

Concernant le Livret A, Christian Noyer estime qu'il est présenté à tort « comme le produit d'épargne phare des classes populaires ». Selon lui il n'y a rien de plus faux puisque « 60 % de l'encours est composé de livrets supérieurs à 15 000 euros ». Il convient ici de nuancer les propos du gouverneur de la Banque de France puisque, s'il est vrai que 58,6% des sommes versées le sont sur des livrets A dont le montant excède 15.300 euros, ce chiffre ne représenterait toutefois que 11,6% des livrets A existants. Une proportion néanmoins suffisante pour que Christian Noyer propose une réforme de cette solution d'épargne. N'étant plus véritablement une épargne destinée aux ménages modestes (contrairement au LEP – Livret d'épargne populaire), il préconise ainsi que le taux de rémunération du Livret A soit désormais indexé sur le taux directeur de la Banque centrale européenne (BCE), taux qui est passé en moins de 3 ans de 1,25% à 0,05%.

Le taux du PEL n'est pas assez bas

Quant au Plan épargne logement (PEL), celui-ci devrait également être mis au régime sec. Considérant que le PEL s'est progressivement écarté de son objectif premier, Christian Noyer en est arrivé à la conclusion que celui-ci « n'est plus utilisé pour financer l'achat de logement mais comme un placement financier ». Le gouverneur de la Banque de France pointe ici un doigt accusateur sur un taux de rémunération (plafonné à 2%) là encore bien trop élevé et « très supérieur aux conditions de marché ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page