Immobilier : connaissez-vous les règles du bon voisinage ?

21/10/2014 à 16:40 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : connaissez-vous les règles du bon voisinage ?
Immobilier : connaissez-vous les règles du bon voisinage ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Entretenir de bonnes relations avec ses voisins constitue pour bon nombre de français, qu'ils soient propriétaires ou non, une préoccupation à ne pas négliger. Si se rendre mutuellement de menus services permets souvent de vivre en bonne entente avec ceux qui occupent parfois une place importante dans notre quotidien, éviter les tensions passe également par la connaissance de quelques règles de voisinage.

Etes-vous vraiment un bon voisin ?

Le site Immonot vient de dévoiler les résultats d'un sondage concernant quelques règles de bon voisinage. Des résultats qui prouvent que, si les français sont globalement bien informés de ce qu'il convient de faire pour être un « bon voisin », certains points restent toutefois relativement obscurs. Réalisé durant l'été, ce sondage en ligne avait pour but de tester la connaissance des français en matière de voisinage et ce, à travers divers exemple concrets. Respecter une certaine distance entre la haie que l'on plante et la clôture du voisin est ainsi une évidence pour près de 95% des sondés. En revanche, seul 59% d'entre eux sont conscients que si leur voisin trouve un trésor sur leur propriété, il sera lui aussi en droit de réclamer sa part.

Les français toujours bien informés

Ce sondage se fait l'écho d'une précédente enquête menée par le site en matière de voisinage et qui avait alors mis en évidence une certaine connaissance des français en ce qui concerne la réglementation. S'il ne faisait aucun doute pour les particuliers qu'abîmer les plates-bandes de son voisin implique un dédommagement (pour 92,27% des sondés) ou qu'un chien trop bruyant peut parfois être synonyme d'amende (92,70% des réponses), les avis se révélaient plus partagés lorsque l'on évoquait la question d'un mur mitoyen ou d'une servitude de passage. Sur ce dernier point, près de 6 français sur 10 (58%) étaient ainsi dans l'erreur en estimant ne pas avoir à indemniser un voisin lorsqu'il s'aventure sur sa propriété pour accéder à la leur. Quant aux fameux fruits du voisin poussant au-dessus de leur terrain, 66% des français savaient déjà qu'il leur faudra attendre que ceux-ci soient tombés pour pouvoir librement les consommer.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page