Immobilier : le marché en route pour la crise

22/06/2012 à 16:00 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le calme avant la tempête ?
Immobilier : le marché en route pour la crise

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les prix baissent peu, voire recommencent à augmenter pour les biens neufs, alors que les ventes ont brusquement chuté début 2012. Le marché immobilier semble être en pleine transition, entre une fin d'année 2011 en forme et un début d'année 2012 morose, précurseur d'une crise qui s'annonce violente.

Si l'on regarde les chiffres de janvier, il n'y a pas à s'inquiéter. Le marché de l'immobilier ancien a profité de la réforme des plus-values immobilières et affiche des données plutôt positives. Selon la note de conjoncture du Crédit Foncier Immobilier, le volume des ventes en Ile-de-France est en hausse de 13,5% au premier trimestre 2012, par rapport à la même période de l'année précédente.

Mais ces chiffres ne sont pas significatifs de l'état du marché. Après le sursaut dû aux propriétaires prévoyants, qui ont vendu leurs biens avant la réforme, les volumes de ventes chutent de 16% en février et 21% en mars. Cette situation touche même toutes les régions. Et ce n'est qu'un début. Les analystes du Crédit Foncier Immobilier estiment qu'en 2012, les ventes dans l'ancien marqueront un recul de 18% en moyenne par rapport à 2011.

Le logement neuf n'est pas épargné. Les mises en chantier sont en en replis et ce phénomène devrait se poursuivre, notamment à cause de la suppression du dispositif Scellier fin 2012. Sans soutien gouvernemental, le secteur de la construction de logements craint le pire, car même si le gouvernement prévoit de construire 500 000 nouveaux logements par an, ces chantiers ne commenceront pas avant la fin de l'année 2013. Concernant les mises en chantier, les prévisions du Crédit Foncier Immobilier pour 2012 ne sont guère encourageantes. L'organisme de crédits prévoit une baisse de 9% avec environ 380 000 mises en chantier sur l'ensemble de l'année. Parallèlement, les ventes de logements collectifs devraient baisser de 13%. Elles affichent déjà un recul de 25% pour le premier trimestre.

Ces conditions devraient entrainer une baisse des prix. Mais les vendeurs tiennent bon et préfèrent laisser leurs biens plus longtemps sur le marché, plutôt que d'accorder un rabais à un acheteur potentiel. Résultat, les prix ne baissent pas ou peu, même en province. Au premier trimestre ils étaient en replis de 0,4% pour les appartements et de 1,3% pour les maisons. Dans le neuf, les prix remontent, comme en témoignent ceux des logements collectifs avec près de 3% de hausse. Pour les maisons individuelles l'augmentation est de 2%. Les prix se maintiennent car des biens continuent malgré tout à se vendre, du moment qu'ils ne sont pas surévalués et qu'ils ne présentent pas de défaut.

Ce sursaut des prix pourrait être le dernier. Face à une demande de plus en plus exigeante qui n'accepte plus de dépenser autant pour devenir propriétaire, les vendeurs seront obligés de faire un effort. Si les prix ne baissent pas, la chute des ventes va s'accélérer et l'augmentation du nombre de biens invendus pourrait conduire à un recul plus brutal des prix de l'immobilier.

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : le marché en route pour la crise

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : le marché en route pour la crise

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page