Immobilier : le nombre de nouveaux acheteurs a fondu

30/04/2015 à 17:04 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : le nombre de nouveaux acheteurs a fondu
Immobilier : le nombre de nouveaux acheteurs a fondu

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dévoilant les résultats d'une vaste enquête sur le Logement, l'Insee constate que le nombre d'acheteurs récents s'est très nettement replié au cours de ces dernières années.

Logement : retour aux années 1980 pour les nouveaux propriétaires

Ce 28 avril 2015, l'institut national de la statistique et des études économiques a rendu publics les premiers résultats d'une vaste étude consacrée au logement et baptisée « Les conditions de logement fin 2013 ». Une étude à travers laquelle l'Insee passe au crible la situation de ce secteur telle qu'elle était il y a maintenant un peu plus de deux ans. Parmi les multiples analyses et les très nombreux points abordés par l'enquête on pourra notamment retenir celui concernant le nombre de nouveaux acquéreurs. Egalement appelés « acquéreurs récents », il s'agit selon l'Insee de ces ménages ayant acquis leur résidence principale durant les quatre années précédant l'étude. Or, si l'on en croit l'institut, ces nouveaux propriétaires auraient accusé un vif repli, traduisant l'attentisme affiché jusqu'à il y a peu par les candidats à l'achat immobilier. « Après avoir augmenté dans les années 2000, le flux annuel moyen des acquéreurs récents est revenu à des niveaux plus faibles », explique l'étude avant de préciser qu'à fin 2013, « ces nouveaux accédants représentaient autour de 2 % des occupants du parc total », soit une proportion comparable à celle enregistrée dans les années 1980.

Evolution du nombre de nouveaux acheteurs

Les années 2000, une période faste

Prenant en considération le nombre moyen d'accédants recensés au cours des quatre années précédentes, l'Insee note que ceux-ci se sont élevés à 616 000 en 2001 (moyenne sur la période 1997-2001) puis à 652 000 en 2006. S'inscrivant dans une période de forte hausse des prix, cette accession galopante a de quoi paraître surprenante. Les auteurs de l'étude expliquent toutefois que ce mouvement a su tirer profit de « davantage d'acquisitions dans les zones rurales, une plus grande sélection des emprunteurs (moins de ménages modestes, davantage de couples biactifs, avec des revenus stables), une baisse des taux d'intérêt et un allongement de la durée des prêts ».

Le nombre d'acheteurs récents flanche

Puis vint ensuite la crise de 2008 et avec elle son lot d'incertitudes. Une période sombre qui a vu les candidats à l'achat reporter leur projet dans l'attente de jours meilleurs. Entre 2009 et 2013, l'Insee constate que le nombre de nouveaux acquéreurs a accusé une nette correction de l'ordre de -12% par rapport à 2001 et de -17% par rapport à 2006 pour s'établir à moyenne annuelle avoisinant à peine les 540 000. La tendance pourrait cependant s'inverser dans la prochaine enquête de l'Insee puisque les professionnels de l'immobilier sont aujourd'hui de plus en plus nombreux à attester d'un retour des acheteurs sur le marché.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page