Immobilier : les vendeurs ont-ils déserté le marché ?

30/10/2013 à 10:28 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : les vendeurs ont-ils déserté le marché ?
Immobilier : les vendeurs ont-ils déserté le marché ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si le retour des candidats à l'achat s'est peu à peu confirmé, ce sont désormais les vendeurs qui semblent faire défaut au marché immobilier. Des vendeurs qui, s'il faut en croire le réseau d'agences immobilières Laforêt, attendent désormais que l'horizon fiscal s'éclaircisse devant eux.

La perspective d'une baisse brutale des prix de l'immobilier ne recueillant plus les faveurs des acquéreurs potentiels, ces derniers ont donc délaissé leur attentisme au profit d'une prudence des plus louables. Constatant une certaine stabilité de la demande au cours des neuf derniers mois, le groupe Laforêt note que "les acquéreurs sont toujours présents mais ne précipitent pas leurs projets immobiliers se laissant le temps qu'ils jugent nécessaire pour les réaliser".

Or, si les acheteurs sont là, notamment à Paris qui a vu son volume de demandes croître de 25% sur le seul troisième trimestre, on ne peut pas en dire autant des vendeurs. "Les annonces incessantes du gouvernement, l'instabilité fiscale et le récent projet de Loi ALUR découragent de nombreux Français à s'engager dans un projet immobilier", souligne ainsi Elix Rizkallah, Président de Laforêt. Un découragement qui semble donc devoir se traduire par un sensible repli du nombre de mises en vente. Dans un contexte économique particulièrement tendu, si bon nombre de vendeurs ont d'ores et déjà consenti à quelques ajustements de prix, le réseau constate surtout que "les propriétaires de résidences secondaires et d'immobilier locatif attendent d'avoir une vision plus claire de la fiscalité avant de définir leurs projets". Concrètement, si le nombre de transactions enregistrées lors de ce 3ème trimestre accuse une baisse de l'ordre de -4% (par rapport au trimestre précédent), celle-ci n'est toutefois pas suffisante pour inverser la tendance positive affichée depuis le début de l'année (+4% entre janvier et septembre par rapport à la même période en 2012).

Du côté des prix, la baisse semble marqué le marché de son empreinte en s'établissant à -2% au cours de ce trimestre. Paris semble pour sa part se départir de son orientation baissière en présentant un prix moyen de ses logements avoisinant désormais 8200 euros / m² (soit une progression trimestrielle de +0,5%).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page