Immobilier : la baisse des prix gagne les grandes villes françaises

01/03/2012 à 14:07 - Immobilier - Par - Réagir

La baisse des prix gagne les grandes villes françaises
Immobilier : la baisse des prix gagne les grandes villes françaises

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon le dernier baromètre des prix publié par le site d'annonces immobilières se loger, la baisse tant attendue semble d'ores et déjà avoir gagné bon nombre de grande villes françaises.

Dans leur dernière note de conjoncture, les Notaires évoquaient un probable retournement du marché immobilier et tablaient sur une année 2012 marquée par un retour grandissant de la baisse des prix (de -5% à -15%). En dévoilant ce jeudi 1 mars 2012 son baromètre, le site semble venir confirmer cette orientation tant espérée par les candidats à l'achat. Les vendeurs d'un bien immobilier ont-ils enfin pris la mesure du marché et revu leurs prétentions à la baisse ? C'est ce que laisse supposer le site en constatant qu'au cours du mois de janvier dernier cinq des dix plus grandes villes françaises ont affiché un recul de leurs prix.

Contrairement aux Notaires dont l'indice se base sur le prix auquel un logement a été vendu, Se Loger se sert quant à lui des prix de mise en vente (collecté auprès de ses agences immobilières partenaires) pour établir son baromètre. Si ces divergences de calcul expliquent en grande partie les différences que l'on peut trouver en comparant les deux sources (les notaires restant la référence pour bon nombre d'observateurs et de particuliers), elles n'empêchent toutefois pas le site d'annonces de constater le changement d'attitude de bon nombre de vendeurs, désormais conscients de l'orientation baissière affichée par le marché.

Sur les dix plus grandes villes françaises, pas moins de la moitié auraient ainsi enregistré un sensible recul mensuel du prix de leurs logements (qu'il s'agisse d'appartements ou de maisons). Si Toulouse joue la carte d'une certaine stabilité (-0,1% avec un prix de mise en vente à 2850 euros/m²), la baisse certes encore légère apparaît plus visible à Paris (-0,42% à 9550 euros/m²), Lyon (-0,55% à 2904 euros/m²), Marseille (-0,9% à 3102 euros/m²) ou encore Strasbourg (-1,9% à 2317 euros/m²).

Si l'on exclut Bordeaux dont les prix semblent restés stables, les hausses constatées apparaissent quant à elles relativement minimes, que ce soit du côté de Rennes (+0,37%), de Montpellier (+0,43%), de Nice (+0,52%) ou de Lille (+0,67%).

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : la baisse des prix gagne les grandes villes françaises

Noter cet article :

Par eclaireur -

Je ne crois pas à une baisse de l'immobilier durablement pour plusieurs raisons:
- le foncier devient rare et cher dans la plus part des villes notamment les grandes et attractatives économiquement ou en bordure littoral.(loiSRU besoin de conserver les espaces)
- le cout du travail ne baisse pas , donc la construction non plus
- le cout des matériaux ne baisse pas.
- le besoin en logement n'est pas satisfait.
- les transactions rapportent beaucoup de trésorerie rapidement à l'état et aux collectivités locales, quand on va se rendre compte que le "trou" est entrain de se creuser, rapidement de nouvelles mesures inverses vont être prises, affaire intéressante à suivre.... la nouvelle hausse....
une chose est sûre les propriétaires qui conservent leur bien a l'heure actuelle ne perdront pas d'argent!!!!!et les acheteurs et investisseurs qui achetent en gagneront!!! je fais ce metier depuis deja tres longtemps pour me permettre cet avis éclairé....
concernant le marché de l'ancien chaque bien est unique etl'accord dépend de la volonté de chacune des parties ????? tout est possible

Lire la suite

Par Dédé73 -

En réponse à éclaireur

L'ensemble des raisons exposées pour justifier la maintien des prix de l'immobilier semble fort valable. Surtout pour le prix de revient de l'immobilier neuf. Pour la vente de l'ancien, le prix dépend d'abord de la solvabilité des acheteurs. L'augmentation annoncée du chômage, la hausse des taux des prêts et la disparition d'un certain nombre de niches fiscales vont avoir pour résultat que le nombre de candidats à l'accession va baisser. Si le nombre de vendeurs ne diminue pas, les prix des transactions réelles seront orientés à la baisse. Durable ou non ? Quand on voit ce qui se passe en Espagne, la marché n'est pas prêt de repartir. En France, si on laisse de côté Paris (valeur refuge pour étrangers richissimes ou dictateurs de partout et d'ailleurs) la tendance baissière se manifeste déjà par un allongement notable des délais de réalisation. Enfin si le CAC remonte, certains investisseurs qui s'étaient portés sur l'immobilier risquent de revenir en Bourse. mon conseil pourles acheteurs : Wait and see .

Lire la suite

Par jecherche1appart -

Je crois a une baisse de l'immobilier, les personnes qui ont pus emprunter l'on déjà fais reste les personnes qui ne peuvent pas emprunter (les retraités...) ils peuvent acqauérir un bien avec du casch (pas elastique) il faut simplement que l'offre s'aligne de façons raisonnable à la demande. des nouveaux acquéreurs ais-je raison de penser cela ?

Lire la suite

Par le-super-agent -

J'ai un blog spécialisé dans l'immobilier, j'y relève les prix de Paris par arrondissement chaque mois, et en effet, j'ai pu remarquer une baisse des prix de l'immobilier à Paris depuis le début de l'année.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : la baisse des prix gagne les grandes villes françaises

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page