Le bâtiment s'enfonce un peu plus dans la crise

27/03/2013 à 10:25 - Immobilier - Par - Réagir

Le bâtiment s'enfonce un peu plus dans la crise
Le bâtiment s'enfonce un peu plus dans la crise

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Quelques jours seulement après l'annonce par le Chef de l'Etat de nouvelles mesures en faveur du Logement, le ministère de l'Ecologie dévoile les derniers chiffres de la construction. Des chiffres qui témoignent de la lente agonie de ce secteur d'activité et qui font de ces initiatives gouvernementales une question de survie.

Les professionnels du bâtiment n'ont plus qu'une seule question en tête : quand s'arrêtera donc leur descente aux enfers ? S'ils misent désormais sur les différentes mesures dévoilées le 21 mars dernier par François Hollande pour donner corps au redressement tant espéré, les mauvais résultats continuent quant à eux à se succéder. Rendue publique ce mardi 26 mars, la dernière note de conjoncture du ministère de l'Ecologie fait ainsi état d'une très nette dégradation de leur activité.

De l'avis de l'économiste Michel Mouillart, qu'il s'agisse du volume des mises en chantier ou du nombre de permis de construire accordés, « tous les éléments de la construction sont dégradés et attestent d'un mauvais début d'année ».

Dans le détail, avec seulement 77.113 constructions engagées au cours de ces trois derniers mois, le nombre de mises en chantier aurait ainsi chuté de près de 22% (par rapport à la même période un an plus tôt). En variation annuelle, la baisse s'affiche donc désormais à -19,6%, soit 295.345 constructions entamées.

Quant à un éventuel rétablissement, il ne devrait pas s'opérer à plus ou moins courts termes, le volume de permis de construire accordés (préfigurant des mises en chantier à venir) présentant en effet une orientation similaire (-13% entre décembre 2012 et février 2013). Sur un an, leur nombre accuse un repli de 7,4% avec un peu plus de 430.000 permis octroyés. De quoi alimenter le scénario d'une dégradation se poursuivant selon Michel Mouillart « sur l'année 2013 et sur le début 2014 ».

Si l'économiste explique en partie cette situation par une « demande paralysée en raison de la montée du chômage, de la perte du pouvoir d'achat et des risques de récession qui pèsent sur le moral des ménage », il pointe également du doigt des dispositifs de soutien public soit inexistants soit, à l'instar du PTZ+, « sérieusement révisés ».

Vos réactions

Immobilier - Le bâtiment s'enfonce un peu plus dans la crise

Noter cet article :

5 2

Par pauline -

La rt2012 pèse sur le montant de la construction neuve de l'ordre de 30% à compter du 01/01/2013, mais aussi la nouvelle taxe locale d'équipement mis en place au 01/02/2012, la banque qui ne prête plus, la peur de perdre son emploi, et ceux qui l'ont perdu, la fiscalité écrasante de la taxe foncière et la taxe d'habitation qui grèvent le budget logement...
Enfin tout ceci ne fait que dégrader la situation du bâtiment...

Lire la suite

Par lucaconti -

Bonjour
Comme vous dites ! L’immobilier c’est une affaire des privé en France donc on arrête de supplier l’aide de l’état quand les promoteurs ont fait un peu leur lois ! Parlons juste sociologie pas des rapports financière et chiffres (fausses) ! Les usine vont fermer parce ’que les produits fabrique sont pas vendu ! Ils ont aussi des crédits à payer ! Trop des choses fabrique trop des gens qui peuvent pas acheter et qu’il faut nourrir qu’a même ! L’impasse ? Qui a une idée ? viable ? Qui vivra verra ! On attend !

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Le bâtiment s'enfonce un peu plus dans la crise

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page