Le budget des étudiants plombé par le logement

17/08/2015 à 15:23 - Immobilier - Par - Réagir

Le budget des étudiants plombé par le logement
Le budget des étudiants plombé par le logement

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

L'Unef vient d'établir un classement des villes françaises en fonction du coût de la vie étudiante. Sans surprise, le syndicat étudiant fait du logement le principal poste de dépenses.

Etudiant : quelle ville choisir ?

Où fait-il bon vivre lorsque l'on est étudiant et que l'on dispose d'un budget on ne peut plus serré ? C'est la question à laquelle l'Unef tente aujourd'hui d'apporter une réponse en dévoilant ce lundi son top 20 des villes françaises. Un classement qui fait de Brest la ville la moins chère pour étudier (679,95 euros en moyenne par mois) et confirme, si besoin était, le coût de la vie élevé au sein de la capitale. Pour les besoins de son enquête, l'Union nationale des étudiants de France s'est notamment penchée sur le coût des logements et des transports mais également sur les diverses aides dont peuvent parfois bénéficier les étudiants (qu'il s'agisse d'aides au logement ou d'allocations destinées aux loisirs). Outre ces postes de dépense, le syndicat a pris en compte une somme, identique pour chaque localité (330 euros), correspondant aux frais courants.

Coût de la vie étudiante : le top 20 des villes françaises

Les études coûtent deux fois plus cher à Paris qu'à Brest

Au rega rd des résultats obtenus, la situation des étudiants se révèle extrêmement disparate, fluctuant selon les villes du simple au double. Si Brest, Clermont (709,97 euros mensuels), Orléans (726,92 euros) ou encore Tours (728,77 euros) ne malmènent pas outre mesure le budget des étudiants, il n'en va pas de même à Paris (1124,33 euros par mois), Saint-Quentin (987,41 euros), Lyon (842,67 euros) ou Marseille (819,33 euros).

Le logement pèse sur le budget des étudiants

Si le coût des transports et les différentes aides émanant des collectivités ne représentent pour les étudiants que quelques dizaines d'euros par mois (entre 15 et 30 euros alloués aux transports par exemple), l'Unef constate que, « sans surprise, le niveau des loyers est le facteur le plus influent sur le coût des études ». Alors que Brest affiche les transports les plus chers (en moyenne 27,95 euros par mois) et ne dispense aucune aide financière directe aux étudiants, la ville tire son épingle du jeu en proposant le loyer moyen le plus faible (322 euros). Un tarif dont sont loin de profiter les étudiants parisiens (795 euros par mois), Lyonnais (500 euros), Bordelais (468 euros) ou Grenoblois (410 euros).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page