Le crédit à la consommation : cheval de bataille de l'UFC-Que Choisir

06/02/2009 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Le crédit conso dénoncé par l'UFC-Que Choisir
Le crédit à la consommation : cheval de bataille de l'UFC-Que Choisir

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le crédit à la consommation se retrouve une nouvelle fois dans la ligne de mire de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir. Selon l'association, le crédit revolving constituerait un vecteur important de surendettement et établissements prêteurs comme distributeurs favoriseraient grandement par ce biais l'engrenage des dettes.

Dans le cadre d'une grande enquête nationale concernant ce type de crédit à la consommation, les antennes régionales de l'association tirent la sonnette d'alarme au vu des résultats qu'elles ont enregistrés. En région PACA par exemple, l'UFC-Que Choisir a établi, en procédant au test anonyme d'une trentaine de grandes enseignes commerciales et bancaires, que « dans 48 % des magasins, les vendeurs orientent vers un crédit revolving » alors que d'autres emprunts auraient pu être plus adaptés. Demandant des prêts pouvant aller jusqu'à 6.000 euros, les « testeurs » de l'association se sont vus, dans 70% des cas, confrontés à une absence d'information en matière de taux de crédit et de mensualités. Concernant les banques, 20% des clients se verraient proposer un crédit revolving (ou crédit permanent).

Dans le Rhône, les crédits renouvelables qui offrent à l'emprunteur une réserve d'argent quasi inépuisable (jusqu'à ce qu'il soit placé en situation de surendettement...) représentent selon l'antenne régionale près de 85% des emprunts distribués par les enseignes commerciales. Si l'UFC-Que Choisir du Rhône ne peut que constater des taux pouvant s'élever jusqu'à 21%, son président s'insurge quand il observe l'aisance avec laquelle un consommateur peut contracter un tel crédit. « Les établissements proposent trop facilement des cartes qui donnent l'impression de pouvoir consommer sans s'endetter. Le consommateur est très mal informé sur les caractéristiques de son prêt et, surtout, sa solvabilité n'est jamais vérifiée », déclare ainsi Jean-Pierre Rochette.

Si l'UFC-Que Choisir avoue que « le crédit à la consommation est un atout pour les consommateurs et la croissance », l'association n'a toutefois de cesse d'en dénoncer les dérives et les excès. Afin d'interpeller les pouvoirs publics à ce sujet, elle propose notamment aux particuliers un tract téléchargeable sur son site internet destiné à être envoyé aux députés de chaque département.

Vos réactions

Crédit immobilier - Le crédit à la consommation : cheval de bataille de l'UFC-Que Choisir

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Le crédit à la consommation : cheval de bataille de l'UFC-Que Choisir

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page