Les prix de l'immobilier français restent encore beaucoup trop surévalués

03/04/2012 à 09:54 - Immobilier - Par - Réagir

Les prix de l'immobilier restent surévalués
Les prix de l'immobilier français restent encore beaucoup trop surévalués

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si la baisse des prix de l'immobilier observée depuis quelques semaines ne semble désormais plus faire de doute, le prix moyen de nos logements apparaît toutefois encore grandement surévalué. C'est en tout cas ce que semble relever une récente étude publiée dans les colonnes du très sérieux hebdomadaire britannique The Economist.

Comparant le prix moyen des maisons aux revenus des ménages et aux montants des loyers appliqués par les propriétaires bailleurs, The Economist a pu établir, le 31 mars dernier, un classement des pays dont l'immobilier apparaît le plus surévalué. A quelques encablures d'un trio de tête composé de Singapour, Hong Kong et de la Belgique (affichant une surévaluation respective de 60, 58 et 56%), la France se positionne au cinquième rang de ce classement.

Le journal britannique note ainsi, en ce qui nous concerne, que le coût d'acquisition des biens immobiliers seraient surévalués de près de 47%. Si ce renchérissement des prix semble n'avoir progressé que de 5,8% depuis 2007 (une évolution relativement faible au regard des +72% enregistrés par Hong Kong sur cette même période), il s'est toutefois nettement accéléré en 2011 (+4,3%, soit la cinquième plus forte progression à l'échelle mondiale).

Evaluer le prix de votre logement en réalisant son estimation immobilière en ligne

Sur le plan européen, loin derrière la France, les Pays-Bas (surévaluation de +39%), la Suède (+29%) et dans une moindre mesure le Danemark (+13%) affichent eux aussi des prix de l'immobilier encore trop élevés par rapport aux revenus des ménages. Nos voisins espagnols et anglais ne semblent pas mieux lotis avec des marchés surévalués de respectivement 27 et 22%. L'Allemagne fait quant à elle figure de grande exception au sein de laquelle les candidats à l'achat évoluent dans un marché sous-évalué de près de 19%.

The Economist souligne toutefois que la hausse du taux de chômage, conjuguée à la nécessité pour les banques et autres organismes de crédit immobilier de consolider leurs bilans, devrait à termes permettre d'endiguer cette progression des prix constatée dans la zone Euro.

Vos réactions

Immobilier - Les prix de l'immobilier français restent encore beaucoup trop surévalués

Noter cet article :

Par mathieu ven -

Bonjour,
Étant dans le domaine immobilier au Canada je réalise que la situtation de l'autre coté de l'océan est différente... ça fait réfléchir sur l'avenir ici.
Merci !

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Les prix de l'immobilier français restent encore beaucoup trop surévalués

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page