Les taux bas relancent l'immobilier

07/10/2015 à 12:10 - Immobilier - Par - Réagir

Les taux bas relancent l'immobilier
Les taux bas relancent l'immobilier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les professionnels de l'immobilier ne cessent de le répéter, le marché s'est irrémédiablement engagé sur la voie de la relance. Une reprise que confirme le réseau Laforêt en constatant une envolée des transactions.

Immobilier : le retour des acheteurs embrase le marché

Depuis le début de l'année 2015, les ventes de biens immobiliers affichent une santé insolente. Si l'on en croit le réseau d'agences Laforêt Immobilier, entre janvier et septembre le volume des transactions aurait ainsi progressé de +10%. Mieux encore, pour le seul troisième trimestre la hausse d'activité culmine à +14% (par rapport au 2ème trimestre 2015). Afin d'expliquer cet engouement des français pour la pierre, le réseau souligne que « les prix attractifs, ainsi que les taux d'intérêt faibles stimulent toujours les primo-accédants ». Or, c'est justement le retour au premier plan de ces primo-accédants qui semble aujourd'hui devoir porter le marché. Dans son dernier baromètre des taux, l'Observatoire Crédit Logement / CSA note ainsi qu'en matière d'immobilier, « la reprise s'appuie maintenant sur le développement de la primo-accession et le retour des ménages modestes ».

Les primo-accédants font de nouveau parler d'eux

Laforêt a d'ailleurs quantifié ce retour en grâce des primo-accédants. Alors qu'en 2014 les candidats à un premier achat représentaient 31% du marché, leur proportion s'élève aujourd'hui à 36% (au troisième trimestre 2015). Une progression qui ne devrait pas s'arrêter en si bon chemin. Quand l'on sait que les primo-accédants se tournent majoritairement vers l'immobilier ancien (plus abordable que le neuf) et que la moitié d'entre eux choisissent de s'établir dans une commune rurale de moins de 20.000 âmes, l'élargissement du PTZ dans l'ancien à l'ensemble de la zone C (mesure en vigueur dès 2016) ne pourra que renforcer leur intention d'achat.

Ce qui pourrait bloquer la reprise

Tout n'est toutefois pas rose dans le petit monde de l'immobilier. En effet, le réseau d'agences estime que « si le marché se rééquilibre, il est freiné faute de mises en vente ». Or, cette raréfaction des logements disponibles a pour fâcheuse tendance de limiter significativement les éventuelles baisses des prix. Au 3ème trimestre, ces derniers n'auraient ainsi cédé que 1,9% en variation annuelle (pour s'établir à 2379 euros/m²) et bon nombre de professionnels ont d'ailleurs d'ores et déjà fait état de leur remontée progressive.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page