Politique du logement : les français la jugent inefficace

29/09/2015 à 15:27 - Immobilier - Par - Réagir

Politique du logement : les français la jugent inefficace
Politique du logement : les français la jugent inefficace

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon un sondage Ipsos-Orpi, en matière de logement les français semblent unanimes, la politique menée par le gouvernement se révèle on ne peut plus inefficace.

La politique du logement ne convainc pas les français

Si le marché immobilier est désormais résolument engagé sur la voie de la reprise, le mérite n'en revient certainement pas au gouvernement. C'est en tout cas ce que pensent une majorité de français. Dans une récente étude menée par l'institut de sondage Ipsos pour le compte du réseau Orpi, les personnes interrogées sont ainsi 83% à considérer la politique du logement comme relativement inefficace. Parmi eux, ils sont même 30% à estimer que les actions menées jusqu'ici se sont révélées totalement inefficace. Seuls 17% des quelques 1061 personnes sondées semblent prêtes à accorder leur confiance au gouvernement. Il convient toutefois de souligner que cette étude a été réalisée début septembre et ne prendre donc pas en considération des récentes annonces faites par le Chef de l'Etat (notamment l'élargissement du PTZ dans l'ancien et le maintien de l'APL accession).

Les mesures qu'il faudrait adopter pour relancer le logement

Si les actions entreprises par l'exécutif sur le front du logement ne sont donc pas de nature à convaincre l'opinion, reste à savoir quelles mesures seraient à même de contenter les français. Dans cette optique, Orpi soumet neuf propositions au jugement populaire et le moins que l'on puisse dire c'est que les résultats obtenus sont sans appel. Les français plébiscitent ainsi de façon quasi unanime une TVA à 5,5% appliquée aux travaux de rénovation énergétique et à l'achat d'un logement neuf dans certaines zones (94%), l'extension du prêt à taux zéro à tous les primo-accédants et ce, sans aucune restriction (84%), ou encore la mise en place d'un guichet d'information unique pour tout ce qui a trait au financement des rénovations (92%).

Evidemment, ces propositions sont loin de répondre au souci d'économie budgétaire qui préoccupe actuellement le gouvernement. Mais pour le réseau d'agences, il ne s'agit pourtant pas là d'un problème. « L'absence de rentrées fiscales que ces propositions déclencheraient à court terme sera largement compensée par l'effet d'entraînement sur le PIB et sur l'emploi », précise ainsi son président, Bernard Cadeau.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page