Le PTZ Plus ne doit pas servir de prétexte à la hausse des prix de l'immobilier

19/11/2010 à 11:10 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Un PTZ Plus oui, mais sans hausse de prix
Le PTZ Plus ne doit pas servir de prétexte à la hausse des prix de l'immobilier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Pour leur première sortie depuis le remaniement ministériel, le secrétaire d'Etat au Logement et la ministre de l'Ecologie sont revenus sur le futur PTZ Plus. Benoist Apparu et Nathalie Kosciusko-Morizet ont en effet présenté le dispositif d'aide à l'accession à la propriété en précisant que ce soutien de l'Etat ne devait pas se retrouver dans une éventuelle hausse des prix de l'immobilier.

Ce jeudi 18 novembre, venus visiter un programme immobilier de 95 logements en zone d'aménagement concerté (ZAC) dans la ville du Perreux-sur-Marne, le secrétaire d'Etat Benoist Apparu et sa ministre de tutelle Nathalie Kosciusko-Morizet en ont profité pour aborder le thème du logement et plus particulièrement le futur dispositif PTZ+. Programmé pour remplacer dès le 1er janvier 2011 l'actuel prêt à taux zéro, le crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt et le prêt Pass-Foncier, le PTZ+ vient tout juste d'être adopté à l'Assemblée nationale (dans le cadre du projet de loi de finance 2011 soumis au vote des députés le matin même).

Pour Benoist Apparu, si « les anciens outils solvabilisaient le public dans les zones les moins tendues », avec leur disparition programmée le gouvernement devait se doter d'un « produit qui s'adapte à la réalité des prix du marché, c'est ce que nous faisons avec le PTZ+ ».

Eviter avant tout une flambée des prix

S'adressant aux professionnels de l'immobilier et notamment les promoteurs, le secrétaire d'Etat au Logement a tenu à endiguer les éventuelles velléités de gonflement des prix qui pourraient accompagner l'entrée en vigueur du PTZ+. « si on retrouve cette aide de l'Etat dans les prix de vente des biens, on n'aura rien fait. Les prix de l'immobilier ont été multipliés par 2,5 en quinze ans, contre 1,5 pour les revenus. Si cette escalade des prix se poursuit ces mesures ne serviront à rien », a-t-il précisé.

Un PTZ+ modifié et adopté dans la foulée

Le texte validé jeudi matin par les députés présente donc un PTZ Plus revu et corrigé, comme l'explique Benoist Apparu dans un entretien accordé au Figaro : « auparavant, le barème était le même pour l'achat dans l'ancien ou dans le neuf », mais devant le manque de solvabilité des acheteurs de logements neufs, le secrétaire d'Etat annonce avoir « relevé les barèmes de ces derniers, ce qui implique un coût budgétaire de 100 millions d'euros. Pour tenir l'enveloppe globale du PTZ - 2,6 milliards -, nous l'avons donc un peu plus «verdi», c'est-à-dire davantage conditionné à l'achat de logement basse consommation ». Benoist Apparu confirme également au quotidien un autre ajustement du PTZ+ qui « consiste à renforcer l'attrait pour les zones C, les territoires les moins tendus, en passant le taux du PTZ + de 20% à 25% du montant de l'achat ».

Vos réactions

Crédit immobilier - Le PTZ Plus ne doit pas servir de prétexte à la hausse des prix de l'immobilier

Noter cet article :

3 1

Par UFFA92 -

Mr APPARU serait-il naïf ? Et que fait-il avec les propriétaires de biens anciens qui doivent déjà calculer de combien ils vont pouvoir augmenter leurs prix ? Dans une région comme l'ile de france ce PTZ + va faire flamber les prix en créant plus de demandes alors que l'offre est déjà insuffisante. Il faut le redire : toutes les aides à l'achat sont rapidement intégrées dans les prix de vente par les vendeurs. Ce ne seront pas les primo-accédants qui seront gagnants loin de là...

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Le PTZ Plus ne doit pas servir de prétexte à la hausse des prix de l'immobilier

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page