Une rentrée marquée par la baisse des prix de l'immobilier ?

31/07/2013 à 10:52 - Immobilier - Par - Réagir

Une rentrée marquée par la baisse des prix ?
Une rentrée marquée par la baisse des prix de l'immobilier ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

On le sait, le marché immobilier n'est désormais plus entre les mains des vendeurs mais bel et bien entre celles d'acquéreurs dont l'extrême prudence apparaît comme un frein indéniable à une éventuelle reprise. Illustrant cet état de fait, le dernier baromètre des prix publié par se loger met en lumière la nécessité pour les vendeurs de revoir leurs prétentions à la baisse s'ils souhaitent vendre leur logement. Une baisse qui, selon le site d'annonces immobilières, devrait se manifester dès la fin de l'été.

Si l'agence de notation Standard and Poor's évoquait il y a peu une baisse des prix de l'immobilier français de l'ordre de -4% en 2013 et 2014, le site d'annonces livre quant à lui ses perspectives à plus courts termes. A en croire le site, une sensible correction des prix devrait s'observer au sein d'une majorité de grandes villes françaises et ce, dès le mois de septembre. Recensant les prix de mise en vente (prix affichés en agence avant négociation éventuelle), le dernier baromètre du groupe souligne en effet le mouvement de repli affiché actuellement par ces derniers.

« Au mois de Juillet, nous constatons déjà une baisse des prix dans la plupart des grandes villes de France. Baisse amorcée sur Paris en mai et dans l'ensemble des départements d'Ile de France en Juin », note ainsi Roland Tripard. Le délai moyen entre l'affichage ou la mise en ligne d'une annonce immobilière et la transaction en elle-même étant de 3 mois, le Président table donc sur un recul des prix dès la fin de la période estivale.

« Indicateur avancé des tendances du marché », le baromètre révèle un prix moyen cédant -3,88% à Angers, -2,74% à Marseille, -1,3% à Bordeaux ou encore -0,8% à Nice. Du côté de la capitale, compte tenu de la baisse déjà effective depuis trois mois (-1% selon le groupe), le prix des logements parisiens ne devrait pour sa part n'enregistrer qu'une correction « modérée ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page