Immobilier : une hausse des loyers de 2,20% en perspective

16/07/2012 à 16:06 - Immobilier - Par - Réagir

Vers une hausse des loyers de 2,20%
Immobilier : une hausse des loyers de 2,20% en perspective

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

A l'heure où la question de l'encadrement des loyers est sur toutes les lèvres et accentuent le clivage propriétaires – locataires, l'Insee publie son indice de référence des loyers (IRL) pour le deuxième trimestre 2012. Une publication datée de ce vendredi 13 juillet faisant état d'une progression annuelle de +2,20%.

Après une hausse de +2,24% au premier trimestre 2012, l'indice de référence des loyers (IRL) poursuit sa marche en avant en affichant pour le deuxième trimestre une évolution annuelle de +2,20%. Somme toute fort logique puisque calculée sur la base de l'inflation (en progression annuelle de +1,9% au mois de juin dernier), la hausse de l'IRL n'est toutefois pas de nature à ravir les locataires, et plus particulièrement ceux dont le bail arrive à échéance.

En effet, comme les y autorise la législation (il ne s'agit nullement d'une obligation), les propriétaires-bailleurs sont en droit de réviser le loyer demandé en fonction de cet indice. Un locataire devant procéder au renouvellement de son bail ou prenant une nouvelle location pourra donc se voir appliquer une hausse de loyer de 2,20% (par rapport à ce même loyer un an plus tôt). Représentant un surcoût mensuel de l'ordre de 17,6 euros pour un loyer initial de 800 euros (26,4 euros pour 1200 euros), cette révision éventuelle (rappelons que celle-ci n'est pas obligatoire) donne un aperçu de ce que sera la règle lorsque la loi sur l'encadrement des loyers entrera véritablement en vigueur.

Devant très prochainement faire l'objet d'un décret d'application, l'encadrement des loyers comme l'a imaginé le gouvernement entend en effet principalement s'appuyer sur l'indice de référence des loyers. Destiné à éviter toute hausse excessive, voire abusive, le projet de loi stipule ainsi qu'aucune révision de loyer ne pourra excéder l'IRL (certaines dérogations pouvant toutefois être délivrées dans le cas de loyers manifestement sous-évalués ou de la réalisation d'importants travaux d'amélioration). A noter que cet encadrement ne concernera pas l'ensemble du territoire mais seulement les quelques 1500 communes situées aux sein des zones définies par le gouvernement (celles dont l'offre immobilière apparaît insuffisante au regard de la demande).

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : une hausse des loyers de 2,20% en perspective

Noter cet article :

4 1

Par alex51 -

Là ou la demande est trop forte et fait monter les prix, on veut bloquer aujourd'hui les loyers.
cela ne résout pas le problème de la demande. Au contraire car on a tendance à dissuader celui qui veut acheter pour louer.
Comment choisir un locataire si on a une centaine de candidats pour un loyer bloqué ? un pas de porte comme dans le temps avec la loi 48 ?

Les hommes politiques devraient réfléchir un peu plus, s'il en sont capables ... les femmes aussi !

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : une hausse des loyers de 2,20% en perspective

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page