Ralentissement de la hausse des loyers

07/03/2008 à 00:00 - Estimation immobilière - Par - Réagir

Coup de frein sur les loyers
Ralentissement de la hausse des loyers

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Affichant une hausse moyenne de 2,6% pour 2007, les prix de l'immobilier locatif semblent avoir adopté une tendance au ralentissement.

L'observatoire des loyers de France, le groupe CLAMEUR (Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux) a rendu public, ce mercredi 04 mars 2008, son enquête concernant l'évolution des loyers pour l'année 2007. Il ressort de cette étude que le loyer mensuel moyen pour un bien immobilier en location a emprunté la voie de l'apaisement en enregistrant une augmentation de moindre ampleur par rapport aux années précédentes. En effet, les loyers, établissant une hausse de 5,1% en 2005 puis de 5,6% en 2006, n'ont progressé en 2007 que de 2,6% (fixant le prix moyen du mètre carré locatif en France à 11,7 euros). Cette tendance à l'accalmie se confirme également en ce début d'année 2008 puisque le loyer moyen d'un bien immobilier en location (qu'il s'agisse d'une maison ou d'un appartement) n'affiche actuellement qu'une faible hausse de +0,7%.

Entre 2001 et 2004, les loyers de relocation (loyer réévalué par rapport à celui demandé au locataire sortant) subissaient une hausse constante d'approximativement 7%. Afin d'éviter sinon un blocage, tout au moins une difficulté de relocation, les propriétaires d'un bien immobilier ont su s'adapter à cet apaisement généralisé en le répercutant sur l'estimation des nouveaux loyers : l'augmentation n'est désormais plus que de 5,7%.

M. Mouillard, professeur d'économie à Paris X-Nanterre en charge de l'enquête, constate que « le temps des hausses rapides de loyer paraît donc maintenant terminé. Cette année, le ralentissement est plus prononcé qu'à l'habitude. », expliquant la détente du marché immobilier par le fait que « les portefeuilles de biens disponibles à la location ont enflé, les taux de révision sur proposition de loyer ont augmenté et les exigences des candidats à la location sont plus grandes aujourd'hui que par le passé ».

Signe des temps, ce sont désormais les petits logements qui enregistrent le ralentissement le plus marqué, l'étude révélant même, en ce début d'année 2008, un repli de -0,2% pour les loyers de studios.

Evidemment, même si l'on évoque un retour au calme sur le plan national, la disparité entre les régions reste très contrastée. Quand 31,6% des villes françaises affichent ainsi des loyers à la baisse (-0,3% à Valence, -0,4% à Versailles, -0,9% à Brest, -2% à Marseille, -4,4% à Aix-en-Provence, -5% à Evreux et jusqu'à -5,9% pour la ville de Meaux), 68,4% des villes observent en revanche une hausse plus ou moins nette (+0,1% à Annecy, +0,5% à Rennes, +1,2% à Tarbes, +1,5% à Tours, +3% à Belfort, +4,1% à Metz, +5,9% à Caen et +6,7% à Suresnes). La Franche-Comté s'avère être la région disposant du marché immobilier locatif le moins onéreux (loyer équivalant à 6,8 euros par mètre carré) alors qu'une fois de plus, l'Ile-de-France s'adjuge le titre de région pratiquant le mètre carré locatif le plus onéreux avec 17,2 euros.

Vos réactions

Estimation immobilière - Ralentissement de la hausse des loyers

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - Ralentissement de la hausse des loyers

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page