Immobilier et crédit : les temps s'annoncent durs pour les promoteurs

03/11/2008 à 00:00 - Estimation immobilière - Par - Réagir

Immobilier : avenir sombre pour les promoteurs
en annonçant une baisse de 40% de leur activité pour 2009, le président de la fédération des promoteurs immobiliers se montre des plus pessimistes en ce qui concerne ses adhérents.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si la chute du promoteur immobilier Celeos est désormais célèbre (il fut l'un des premiers à tomber face à la crise), le groupe n'est pas mort mais devrait toutefois avoir toutes les peines du monde à se relever. Des difficultés qui, si l'on en croit les perspectives d'avenir énoncées par le président de la fédération des promoteurs (FPC), pourraient bien se propager à une grande partie de la profession.

Placement en redressement judiciaire, suppression de 247 emplois sur 437, fermeture de 18 agences sur 28, durement touché par la crise immobilière, Celeos a, depuis quelques semaines, accumulé les mésaventures. Le promoteur est aujourd'hui confronté à la désertion de ses sous-traitants qui n'hésitent plus, au vue de la situation, à faire jouer les garanties de paiement contractées par Celeos auprès de divers établissements. Si la pente est rude pour Celeos, Gilles Cadoudal son PDG se veut rassurant sur la rémunération de ses partenaires : « en période normale, nous comptions entre 600 et 700 fournisseurs, détaille Gilles Cadoudal. Aujourd'hui, ils sont près de 500. Au total, cela fait entre 1 000 et 1 200 demandes de garantie déposées auprès d'une quinzaine de banques. Cela prend un peu de temps. Mais je pense que tous obtiendront cette garantie ».

Des entrepreneurs demandant l'activation des garanties de paiement, les promoteurs immobiliers pourraient y être de plus en plus confrontés. Si la fédération des promoteurs constructeurs relève une baisse de 23,3% du nombre de permis de construire pour le 3ème trimestre 2008, le pire resterait pourtant à venir, selon son président Jean-François Gabilla : « la baisse du nombre de permis de construire sera donc encore plus prononcée d'ici à la fin de l'année », déclare ce dernier (les derniers chiffres publiés correspondent en effet à des dossiers déposés durant le 2ème trimestre, avant que la crise immobilière ne batte son plein).

Si 2007 fut une grande année, 2008 marqua le retournement du marché que 2009 devrait confirmer. « Nous espérons réaliser entre 75 000 et 80 000 ventes cette année, soit un recul de 40% par rapport à 2007. Le nombre de mises en chantier devrait s'établir à 370 000 cette année, mais il ne devrait pas dépasser les 350 000 en 2009 », précise ainsi Jean-François Gabilla. Un repli d'activité que le président des promoteurs attribue pour une grande part au désengagement des banques quant à leur mission de financer l'économie : « Les banques font preuve d'une véritable tétanie. Désormais, c'est le parcours du combattant pour les promoteurs à la recherche de financements. Quant au marché des particuliers, la frilosité des banques est incompréhensible alors que les incidents de remboursements sont presque inexistants, et que l'Etat multiplie les garanties ».

Les principales banques françaises se sont engagées, le 21 octobre dernier, à faire progresser de 3 ou 4% l'encours de crédit distribué, tant aux entreprises qu'aux particuliers (crédit conso, prêt personnel, crédit immobilier, etc.). Pourtant, si l'on en croit bon nombre de professionnels, l'heure n'est toujours pas à la détente sur le marché de l'emprunt.

Vos réactions

Estimation immobilière - Immobilier et crédit : les temps s'annoncent durs pour les promoteurs

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Estimation immobilière - Immobilier et crédit : les temps s'annoncent durs pour les promoteurs

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page