crédit immobilier en France

La souscription à un crédit immobilier n’est pas une chose à prendre à la légère. C’est un acte qui nécessite une grande réflexion et qui doit être fait avec prudence. Si vous avez l’intention de faire un prêt immobilier en France, voici les 5 choses à faire attention.

1.   Le taux d’intérêt

Le taux d’intérêt est un critère qui nécessite d’être vu de près. Certains clients pressés d’obtenir un crédit ont tendance à accepter aveuglément le taux d’intérêt proposé par la banque sans même l’étudier. Il s’agit d’une erreur qui pourra vous coûter cher. Même si le taux d’intérêt imposé n’est pas discutable, vous avez quand même la liberté de faire la comparaison avec d’autres établissements. Bien évidemment, la meilleure chose à faire c’est de consulter tout d’abord votre établissement financier. Cependant, cela ne vous empêche pas à voir d’autres banques afin de jouer sur la concurrence. Le but est d’obtenir le taux d’intérêt le plus bas possible. Il s’agit d’un détail qui pourra beaucoup changer la somme à rembourser mensuellement, surtout si le montant du crédit est important. Au cas où vous n’avez pas le temps de vous rendre dans plusieurs établissements, vous pouvez demander à un courtier de faire jouer la concurrence entre plusieurs banques. Ainsi, il vous conseillera sur l’établissement qui propose le taux le plus intéressant, on vous conseeille de passer par le Courtier Vousfinancer.

2.   La souplesse des remboursements

Chaque établissement financier applique des règles différentes sur la façon dont le client devra rembourser le prêt. Comme vous n’avez aucune idée de ce qui pourrait se passer dans les prochaines années, il est important d’être vigilant par rapport à la souplesse de remboursement. Il se pourrait que vous ayez la possibilité de tout rembourser une seule fois. Ce qui va vous libérer de votre prêt beaucoup plus tôt. Ainsi, choisissez la clause « modularité des échéances ». C’est une clause qui vous permettra de rembourser à tout moment sans être obligé de payer des frais supplémentaires. A savoir que les questions relatives à l’indemnité de remboursement anticipé peuvent être abordées bien avant la signature. Il est possible d’obtenir une réduction selon l’établissement que vous choisissez. La plupart du temps, cette clause est surtout intéressante pour les personnes qui veulent rembourser le crédit avant une baisse de pouvoir d’achat comme l’approche de la retraite.

3.   Les frais

Ne pensez surtout pas que les frais ou les taux relatifs à un prêt immobilier ne sont pas négociables. Si vous avez pris le temps de demander les conditions imposées dans les autres établissements, vous serez par conséquent en mesure de négocier sur le frais de dossier. Ce qui vous permettra d’obtenir des avantages supplémentaires. En effet, la concurrence entre les établissements financiers devient actuellement de plus en plus importante. Ainsi, certaines banques acceptent de négocier sur le frais de dossier ou donnent la possibilité de ne pas le faire payer. C’est une facturation qui ne coûte pas aussi cher que d’autres produits et services, mais qui pourrait vous permettre de gagner une somme considérable.

4.   Le contenu de chaque page à signer

Même si vous avez passé plusieurs minutes à discuter avec votre banquier et que tout vous semble clair, prenez quand même le temps de lire toutes les pages à signer. Il se pourrait qu’il y ait un détail qui vous échappe, mais qui pourrait vous coûter cher. Comme l’offre est généralement valable de 15 à 30 jours, vous avez suffisamment du temps pour bien réfléchir. Prenez le temps de lire la nature de l’offre, les modalités de mise en disposition des fonds, les garanties demandées et le coût total du crédit. Une fois que l’offre est renvoyée à votre banquier, vous n’aurez plus la possibilité de faire marche arrière.

5.   La garantie du prêt

La garantie d’un prêt immobilier peut être une hypothèque ou une caution. La plupart des gens choisissent généralement l’hypothèque pour faciliter les démarches. Et pourtant, il s’agit d’une option qui  n’est pas toujours aussi profitable. Pour enregistrer une hypothèque, vous devrez demander l’aide d’un notaire et payer le taxe de publicité foncière, les honoraires, le salaire du conservateur des hypothèques ou encore la TVA. Et finalement, le montant des frais pourra s’élever à 7% du montant du crédit dans l’ancien ou entre 3 à 4% du montant de crédit dans le neuf. Par conséquent, la caution devient une solution beaucoup plus intéressante. Pour payer la caution, vous pouvez demander à une tierce personne de la garantir ou vous faire aider par une société de cautionnement, en savoir plus sur wikipedia. En cas de problème, ce sera la société qui se va se charger d’effectuer le remboursement et de s’occuper de la vente du bien immobilier. En ce qui concerne les frais, ils varient de 2 à 3% du montant du crédit. Quoi qu’il en soit, n’oubliez pas de demander le coût précis de la caution, car il vous sera rendu à la fin du remboursement du prêt.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

160*600